Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Guerre en Libye : un « non » à 51 %

4 Juillet 2011, 06:16am

Publié par PCF Villepinte

 

Monde - le 1 Juillet 2011

 

Sondage

Exclusif. Pour la première fois, une majorité de Français désapprouve l’intervention militaire de la coalition de l’Otan, selon notre étude d’opinion réalisée par l’Ifop.

La propagande médiatique a ses limites. Le sondage que nous publions montre que, malgré le soutien sans faille apporté par l’ensemble des médias – à l’exception notable de l’Humanité – à l’intervention de l’Otan en Libye, une majorité de Français s’y dit maintenant défavorable.

 Plus que le pourcentage en lui-même (51 %), c’est bien le renversement de tendance qui est à considérer. De nombreux facteurs expliquent sans doute cette attitude des Français. Mais il y en a un en particulier qui ne fait aucun doute : les semaines passent et l’opinion publique sent de plus en plus qu’elle a été grugée par le gouvernement français, particulièrement en pointe dans son discours guerrier. Il s’agissait, nous disait-on alors, d’empêcher une catastrophe humanitaire, un génocide que seraient en train de perpétrer les forces loyales au colonel Kadhafi. Un responsable libyen des droits de l’homme, qui avait rallié la rébellion, faisait même état, depuis Paris, de 2 000 morts dans la seule ville de Benghazi et évoquait quelque 6 000 cadavres dans l’ensemble du pays, quelques jours seulement après les manifestations du 17 février. Beaucoup s’y sont laissés prendre ou ont craint de se trouver en porte-à-faux avec la majorité du pays, d’apparaître comme soutenant Kadhafi et ont approuvé l’intervention. Comme si l’Otan avait jamais largué une seule bombe pour le bien d’un peuple ! Comme si Nicolas Sarkozy était tout d’un coup devenu le garant des révolutions et de l’avenir radieux des peuples ! Non, comme nous l’écrivions dans l’Humanité depuis Benghazi, les responsables hospitaliers de cette ville ont comptabilisé 250 morts, tout au plus. « Le nombre de morts a été grandement exagéré », affirme Donatella Rovera, spécialiste des situations de crise d’Amnesty International, dans un récent rapport livré après trois mois passés en Libye. De même, le 5 mars, sur son site, le Journal du dimanche (JDD) écrit : « Les forces fidèles à Muammar Kadhafi ont bombardé vendredi un dépôt d’armes situé dans la banlieue de Benghazi, grande ville de l’est de la Libye qui s’est soulevée contre le régime, a déclaré à Reuters Moustafa Gheriani, porte-parole des insurgés. » La preuve que Kadhafi ne respecte rien, s’attaque à Benghazi et veut tuer la population. Pourtant, au milieu d’un communiqué de Human Rights Watch (voir « Libya : Abandoned Weapons, Landmines Endanger Civilians Civilians and Aid Workers Need Protection »), un mois plus tard, le 5 avril, on peut lire : « un dépôt d’armes a explosé accidentellement près de Benghazi le 4 mars alors que des gens non entraînés étaient en train de manipuler des munitions, tuant au moins 27 personnes » !

 Développer l’argument  humanitaire

Les gouvernements savent bien que le meilleur moyen de gagner une opinion publique à une intervention armée (le mot guerre est en général proscrit, sauf contre le « terrorisme ») est de développer l’argument humanitaire. Soit la menace est réelle comme au Darfour ou en Somalie, soit on la grossit comme au Kosovo ou en Libye, soit on utilise le registre émotif (comme en Afghanistan après les attentats du 11 septembre 2001). C’est bien sur cette base que le Conseil de sécurité de l’ONU a voté la résolution 1973 : la défense des civils. Ce qui a l’avantage d’éviter un véritable débat politique. Et il faut un certain courage, politique justement, pour aller à contre-courant d’une opinion acquise à la défense humanitaire.

Le rapport d’Amnesty International est particulièrement intéressant. Il dénonce l’attitude des forces kadhafistes mais, contrairement aux grands médias, est sans complaisance pour la rébellion libyenne. « Il y a eu beaucoup d’informations qui ont circulé mais dont on n’a aucune preuve aujourd’hui. On a parlé par exemple de viols systématiques par les loyalistes, mais on n’a jamais rencontré un seul témoignage direct, ni nous, ni d’autres organisations. Et bien sûr il y a l’histoire des mercenaires », explique Donatella Rovera.

Si l’argument humanitaire a été exagéré, c’est qu’il fallait masquer la véritable raison qui anime Sarkozy, Cameron et Obama : évincer le maître de Tripoli, jugé trop peu sûr, pour pouvoir piller le pétrole libyen et contrôler efficacement les migrants venus de l’Afrique subsaharienne. Si la situation s’enlise, une partition du pays n’est pas à exclure. Les Français réalisent qu’on les a grugés. Il n’y a pas de guerre humanitaire. Il n’y a que des guerres d’intérêts. Et elles sont inhumaines.

 

  • Sur la Lybie :

La guerre ne fait pas l’unanimité
Kadhafi visé pour crime contre l’humanité
Les leçons antiracistes des révoltes citoyennes dans les pays arabes

Pierre Barbancey

Voir les commentaires

Elections en Thaïlande : changement de majorité

4 Juillet 2011, 06:14am

Publié par PCF Villepinte

 

Monde - le 3 Juillet 2011

 

 

 

Le parti Puea Thai, de l’ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra aujourd'hui dirigé par sa soeur Yingluck, obtient la majorité absolue aux élections législatives.

Ces élections vont rendre la situation complexe en Thaïlande. Et tout tourne autour de l’exilé Thaskin, homme d’affaire milliardaire et populiste, condamné par contumace à deux ans de prison pour malversation financière. Avec la victoire de son parti à ces législatives, avec 260 élus sur 500 pour son parti Puea Thaï contre 163 au Parti démocrate de l’actuel Premier ministre Abhisit Vejjajiva, il pourrait bien revenir reprendre les rênes du pays. Sa sœur Yngluck (en photo), actuellement à la tête du parti, devrait prendre le poste de Premier ministre, et faire voter une loi d’amnistie qui permettrait le retour de son frère, renversé en 2006 par un coup d'Etat militaire. Le Premier ministre actuel Abhisit Vejjajiva a admis sa défaite invitant le parti de l'opposition à former un gouvernement, et ce, avant même la publication des résultats définitifs.

Le bilan au pouvoir (2001-2006) de Thaskin est mitigé. Et malgré sa condamnation, il conserve un impressionnant soutien populaire. Les fameuses  Chemises Rouges, qui ont manifesté et se sont faites violemment réprimés en 2010, demandaient son retour. Ce qui s’explique notamment par le fait que c’est Thaskin qui a instauré un salaire minimum et une sécurité sociale en Thaïlande. D’un autre côté, son mandat est entaché par de sanglantes opérations, dans sa guerre contre la drogue et pour réprimer les manifestations des minorités musulmanes qui ont fait plusieurs milliers de morts. Aujourd'hui si les Chemises Rouges se sont globalement détachées de la figure de Thakshin et sont principalement en lutte pour une meilleure répartition des richesses, certains voient encore l'ancien Premier ministre comme un messie, un sauveur.
En exil depuis Dubaï, Thaskin a déclaré : "J'espère que toutes les parties respecteront la décision du peuple, sinon notre pays ne peut pas parvenir à la paix". D'importantes tensions sont effectivement à craindre.

  • Voir aussi : L’ONG Human Rights Watch critique l’inertie de Bangkok qui n’a pas poursuivi les responsables d’exactions lors de la répression contre les chemises rouges en 2010 : Meurtres à la thaïlandaise

Voir les commentaires

Cinéma : les choix de l'Humanité

3 Juillet 2011, 07:21am

Publié par PCF Villepinte

Humphrey Bogart dans "les Griffes jaunes" de John Huston (1945)

Culture - le 3 Juillet 2011

 

Cinéma : les choix de l'Humanité

 

 

Retrouvez, chaque fin de semaine, toute l'actualité cinéma avec les critiques de films de la rédaction.

  • Naomi, une jeune 
et belle épouse, d’Eitan Zur. Israël, 1 h 39.

Par Dominique Widemann. C’est, en plan large, la ville d’Haïfa surmontée des brumes que produisent les lointains. Les heurs et malheurs qui se jouent dans les recoins du paysage s’effacent sous l’effet des grands cieux de l’anonymat. L’effet de loupe cinématographique va encadrer la vie émotionnelle d’un personnage et ses basculements imprévisibles. (...) Un suspense psychologique aux accents hitchcockiens alternera des rebondissements aussi imprévisibles que des mines et autant de désamorçages. --> Lire la suite

La bande annonce

 

 

ou cliquez ici

  • Les choix de Vincent Ostria

Ni à vendre ni à louer, de Pascal Rabaté. France, 1h17. On ne sait pas trop à quoi correspond le titre de cette fantaisie extrêmement réussie de l’auteur de BD devenu cinéaste (avec les Petits Ruisseaux). Une comédie chorale dont la particularité principale 
est son absence de dialogues. Une gageure dont Rabaté 
se tire avec un brio extrême, en alternant des séquences de pure poésie (la poursuite par monts et par vaux d’un cerf-volant capricieux) et d’autres plus triviales. Suivant 
les traces de Jacques tati, Pascal Rabaté a trouvé un dosage parfait entre candeur et dérision.

My little princess, d’Éva Ionesco. France, 1 h 45. Actrice qui, depuis une vingtaine d’années, écume le cinéma d’auteur, Éva Ionesco passe de l’autre côté de la caméra pour narrer son enfance perturbée par les lubies d’une mère photographe qui avait fait d’elle la poupée érotique de ses mises en scène baroques. Un conte 
à la fois féerique et trivial.

Transformers 3, la face cachée de la lune, de Michael Bay. États-Unis, 2 h 37. Le retour 
des Transformers – en 3D, 
c’est la mode – n’apporte 
ni ne retranche rien 
aux précédents opus. Principe de base immuable : des autos, camions, etc., se transforment 
en robots monstrueux 
et se castagnent entre eux 
en dégommant tout ce qui croise leur trajectoire. Le stade ultime du cinéma synthético-guerrier.

 

  • Reportage de notre envoyé spécial au Festival de Moscou

Par Jean Roy. Né en 1935 avec Eisenstein comme premier président du jury, le Festival de Moscou aurait dû être un des plus vénérables au monde. La guerre, la politique (alternance avec Karlovy Vary) en ont décidé autrement. Pourtant, cette 33e édition, avec Géraldine Chaplin en présidente du jury, aura confirmé que Moscou demeure le premier événement post-cannois, multipliant sections, rétrospectives et hommages. De nouveaux visages à gogo mais aussi bien en compétition le nouveau film de Kaneto Shindo (Carte postale), quatre-vingt-dix-neuf ans, cela en impose. Côté russe, on a été intrigué par le deuxième long métrage à part entière de Sergei Loban, Chapiteau-show, qui a provoqué une réaction au quart de tour de la salle. Ce grâce à des gags dignes de nos pitreries, à des références et clins d’œil auquel l’étranger reste imperméable, mais ce n’est pas tout. --> Lire la suite

American Translation, le nouveau film de Pascal Arnold et Jean-Marc Barr

  • La découverte des films du cinéaste mexicain Juan Carlos Rulfo en vedette au Festival de La Rochelle

Par Michel Levieux. L’année du Mexique, 2011, à peine annoncée, a connu quelques déboires d’ordre diplomatiquement incorrect. Néanmoins, le Festival de Rennes a tenu bon avec son travelling Mexico. J’y ai rencontré Juan Rulfo et Valentina Leduc et me suis initiée à une œuvre peu connue ici et que le Festival du film de La Rochelle a la bonne idée d’approfondir. Du 1er au 10 juillet prochain. Depuis plus de quinze ans, Juan Carlos Rulfo trace son sillon. À sa manière. Entre héritage – il est le fils de l’écrivain et photographe Juan Rulfo –, identité – il est le cadet de la fratrie – et un style narratif émanant d’une mémoire collective. --> Lire la suite

 

 

Del olvido al no me acuerdo (1999) (extrait)

Voir les commentaires

Sarkozy pour une remise en cause des 35 heures en 2012

3 Juillet 2011, 07:16am

Publié par PCF Villepinte

 

Politique - le 2 Juillet 2011

 

 

 

C'est le secrétaire général adjoint de l'UMP, Hervé Novelli, qui prévient les Français : si Nicolas Sarkozy est réélu en 2012, la loi sur les 35 heures sera supprimée ! Autre mesure proposée : une hausse de la TVA pour réduire le fameux "coût du traval".

 Et la durée du travail sera négociée par les entreprises. L'UMP organiserait de très floues "Assises de la démocratie sociale", pour régler tout cela. C'est en tout cas ce qu'Hervé Novelli déclare dans un entretien accordé au Parisien ce samedi. Ces propositions, à but de programme pour les présidentielles, seront explicitées et débattues mardi prochain, lors d'une convention UMP sur la refondation sociale, qu'il animera avec François Copé. Sur le temps de travail, la mesure peut se résumer simplement : « les entreprises auront trois ans, à compter de 2012 si nous sommes élus, pour négocier la durée du travail qui leur conviendra. » L'UMP en profitera pour revenir sur la détaxation des heures supplémentaires, qui n'aura plus lieu d'être. Avec un certain cynisme, il précise toutefois que les entreprises qui "négocient vraiment" bénéficieront d'un allègement fiscal...

Novelli veut aussi se pencher sur le financement de la protection sociale, essentiellement basée sur les salaires, répétant la maxime moult fois entendue qu'il y aurait un problème de coût du travail en France. La solution ? Augmenter de 4 points la TVA, récupérer 32 milliards d'euros sur le dos du citoyen, et ainsi faire baisser d'autant les charges patronales.

Enfin le même Hervé Novelli a lancé une proposition, encore floue mais potentiellement effrayante : il suggère que les Assises sociales "traitent de la répartition" entre la loi et le contrat, "de l'autonomie des partenaires sociaux, de l'organisation du dialogue social, du code du travail, du financement des syndicats".

 

  • Autour des 35 heures :

« L’humain d’abord »: le programme populaire partagé du Front de gauche
« Les conditions de travail se sont dégradées », tribune de Frédéric Mau responsable de la fédération CGT de la construction
Les 35 heures, "un acquis du quinquennat" de Sarkozy, selon Nathalie Kosciusko-Morizet

Voir les commentaires

Le Tour 2011 est pris en otage

2 Juillet 2011, 07:50am

Publié par PCF Villepinte

 

Sports - le 1 Juillet 2011

Tour de France 2011

La 98e édition s’élance samedi depuis la Vendée. Le triple vainqueur, l’Espagnol Alberto Contador, sera bien au départ... malgré une menace de sanction.

«Il n’y a pas que des gens honnêtes sur le Tour. » Plus les années filent entre nos plumes et moins Cyrille Guimard adoucit les angles pour parler de la grande légende itinérante, chaque année recommencée. Comme beaucoup d’entre nous, l’ancien coureur et directeur sportif, mémoire d’un demi-siècle de cyclisme encore vivant, cherche parfois ses mots pour dire son amour de juillet. Et s’il garde au cœur une passion privilégiée pour cette Grande Boucle aussi mythique qu’indéchiffrable dans l’âme des fidèles suiveurs, Guimard exprime cette année une froide colère que nous partageons. En cause, « l’affaire Contador ». Qui plombe littéralement le « Grand Départ » de cette 
98e édition. Comme si le vélo, après une décennie en enfer, pouvait s’offrir encore le luxe de poser ses boyaux sur des tertres toujours souillés…

Alberto Contador : une affaire complexe

Déclaré positif au clenbuterol (un anabolisant) à l’issue du Tour 2010, rien, en effet, n’empêche Alberto Contador de participer à l’épreuve cette année. Après des mois de controverses et de polémiques sur la réalité ou non d’une absorption de viande de bœuf soi-disant contaminée (1), le coureur a été disculpé par la Fédération espagnole de cyclisme, décision contre laquelle l’Union cycliste internationale (UCI) et l’Agence mondiale antidopage (AMA) ont fait appel devant le tribunal arbitral du sport (TAS). Seulement voilà, contre toute attente, ledit TAS a finalement fixé au début août son audience sur ce dossier, alors que, dans un premier temps, il devait rendre sa décision avant la Grande Boucle. Vous avez compris la suite des événements. Ou Contador est définitivement blanchi en août, ou l’appel de l’UCI et de l’AMA est déclaré recevable, et l’Espagnol a du souci à se faire… En attendant? Une épée de Damoclès va planer sur les performances du tenant du titre jusqu’à l’arrivée à Paris… et jusqu’en août. Autant le dire, le Tour 2011 est pris en otage. « Cela veut dire aussi que l’affaire est complexe », commente sobrement le directeur de l’épreuve, Christian Prudhomme, qui, heureusement finit par concéder que « le Tour aurait mérité davantage d’égards, davantage de respect »…

Bien qu’aucun ne puisse sérieusement croire à cette fable de la contamination par la viande, tous les spécialistes claironnent sur tous les tons qu’Alberto Contador (Saxo Bank) est, malgré tout, un crack comme on en fait peu (ou plus du tout) et qu’il pourrait bien « s’amuser », cette année, sur un profil tout-terrain et très montagneux. Trois Grandes Boucles à son actif, deux Giro et une Vuelta : à 
28 ans, l’Espagnol présente 
devant nos yeux embués un palmarès exceptionnel, au moins à la hauteur du talent qu’il exprimait quand il n’était qu’un junior, ce qui, en général, ne trompe pas. Lors du dernier Tour d’Italie, El Pistolero a affiché une telle insolente facilité en montagne, réduisant la concurrence à quelques accessits, qu’il peut se vanter de rester sur une série stupéfiante dans le cyclisme moderne : invaincu lors de ses six dernières participations 
sur un Grand Tour…

Les français seraient de simples baroudeurs

Alors ? Devrons-nous attendre le jugement des instances pour voir vaciller le grand 
favori, ou un coureur peut-il prétendre le faire plier, avant, à la force des mollets ? Beaucoup comptent sur l’éternel dauphin désigné, le Luxembourgeois Andy Schleck (Leopard-Trek), qui ne trouvera son éventuel salut qu’en haute montagne mais à condition de harceler l’Espagnol loin des arrivées au sommet... Certains misent sur les vieux Cadel Evans (BMC) et Ivan Basso (Liguigas). D’autres enfin osent penser à Robert 
Gesink (Rabobank), à Damiano 
Cunego (Lampre), à Luis Leon Sanchez (Movistar), voire à Bradley Wiggins (Garmin) ou Philippe Gilbert (Omega Pharma-Lotto), sachant que les Français, comme toujours, se positionneront en simples baroudeurs…

Et au rayon bonnes nouvelles ? Écartée en 2010, l’Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) revient sur le Tour. « Un accord en bonne et due forme a été signé le 20 juin » avec l’UCI. De quoi en inquiéter plus d’un ? Espérons-le. Et puisque le chronicœur du Tour, pour sa vingt-deuxième édition, ne déteste pas la douleur d’une découverte inattendue, un petit fait d’actualité est venu le quérir dans sa torpeur, ce mercredi. Un ancien coureur retiré du peloton depuis 2008, Wim Vansevenant, désormais membre de l’encadrement d’Omega Pharma-Lotto, est soupçonné d’avoir importé des produits dopants depuis l’Australie. Un colis intercepté à l’aéroport de Bruxelles contenait, selon les enquêteurs, « des produits dopants ultra-sophistiqués ». Une enquête a été ouverte en Belgique. « C’était des acides aminés pour ma propre utilisation, pas pour les coureurs », 
a expliqué Vansevenant. Une affaire Festina couve-t-elle dans les coulisses de la formation Omega Pharma-Lotto, dont le leader n’est autre que Philippe Gilbert, l’un des prétendants au podium ?

La tête encore dans ses valises, voilà le suiveur déjà tout chiffonné. Quoi qu’il écrive, il va se retrouver dans une seringue pendant trois semaines. Une question d’habitude.

(1) L’Espagnol a déclaré 
ne « plus avoir mangé de viande » depuis son contrôle positif…

  • La carte du Tour 2011

  • Les étapes

  • Le parcours en vidéo

 

Voir les commentaires

Mobilisation record en Syrie

2 Juillet 2011, 07:41am

Publié par PCF Villepinte

 

Monde - le 1 Juillet 2011

 

 

 

La contestation contre le pouvoir s’intensifie, avec des manifestations quotidiennes et même la nuit, pour fatiguer les forces d’Assad. Avec pas moins 400 000 manifestants aujourd’hui à Hama, la mobilisation est record.

Des centaines de milliers de Syriens sont dans la rue encore ce vendredi. Et ce malgré l’armée et les blindés omniprésents. Le gros des manifestations ont lieu Des manifestations ont eu lieu à Homs, dans les faubourgs de Damas, à la frontière libanaise, dans des localités du désert bordant l'Irak ou encore dans la province d'Idlib, près de la

frontière avec la Turquie. Ils seraient 400 000 à Hama (voir la vidéo ci-dessous).

C’est près de la frontière Turque que la répression a été la plus violente ces derniers temps. On déplore 14 morts dans la région rien que ces deux derniers jours.

Ce vendredi, selon les premiers retours, c’est à Homs que se concentre les principales violences. Il y a déjà au moins 3 morts, et l’armée fait le blocus de l’hôpital de la vieille ville, obligeant les manifestants à évacuer leurs blessés dans un autre établissement en périphérie. A Damas, deux manifestants ont également été tués par un coups de feu tirés par les forces de sécurité. On rapporte une autre victime à Daraya.

Un aperçu de la manifestation massive à Hama :

Voir les commentaires

Meeting 29 juin 2011 Place au Peuple!

2 Juillet 2011, 07:37am

Publié par PCF Villepinte

 
Place au peuple, la force du rassemblement

Place au peuple, la force du rassemblement

Ce mercredi 29 juin, dès 18 heures, la place Stalingrad à Paris commence à se remplir. Les premières notes de musique remplissent l'air pendant que les adhérents des 6 organisations qui ont choisi Jean-Luc Mélenchon comme candidat à l'élection présidentielle arrivent. Bientôt, ils sont rejoints puis dilués dans la foule des anonymes qui retrouvent dans ce rassemblement politique inédit un message d'espoir, une force pour créer l'alternative politique. Au début du discours de Jean-Luc Mélenchon, la place déborde : 6 500 personnes sont réunies pour faire place au peuple. L'enthousiasme est là, palpable dans les réactions de l'assistance ; la volonté se traduit dans les discussions d'après meeting. Ce soir-là, place Stalingrad, c'est plus qu'un meeting qui a eu lieu : nous avons assisté au changement d'ère politique. Le vent du sud qui s'est levé d'Egypte et de Tunisie pour balayer la Grèce, l'Espagne, le Portugal trouve en France, avec le Front de Gauche élargi, une traduction politique inédite. Vite la Révolution citoyenne ! Tous ensemble, Mélenchon Présidons !

Voir les commentaires

« Bateau pour Gaza » : Le PCF dénonce les attaques qui visent la Flottille

2 Juillet 2011, 07:30am

Publié par PCF Villepinte

« Bateau pour Gaza » : Le PCF dénonce les attaques qui visent la Flottille

La flottille de la paix est victime d'agressions en série. Après le second sabotage d'un navire, les menaces des gouvernements Étasunien et Israélien, les atteintes aux libertés des médias, les blocages et faux prétextes administratifs : la police a empêché le principal navire français de se ravitailler en carburant.

Parallèlement en France s'organise une scandaleuse campagne de diffamation envers les membres de ce mouvement de solidarité internationale. Le PCF condamne ces pratiques et réaffirme sa solidarité avec les bateaux français et la flottille de la paix. Il exige que les autorités françaises interviennent auprès du gouvernement grec afin de faire cesser ces agressions. La Campagne un « Bateau pour Gaza » est une réponse citoyenne ciblant la punition collective délibérée qu'est le blocus de Gaza. L'initiative est un réel succès et bénéficie du soutien d'une part importante de la population française. Le financement de cette campagne est transparent, issu de souscriptions populaires. Les hommes et femmes engagés dans cette lutte sont des citoyens indignés devant le viol du droit international et de la justice ; ce sont des élus de la République légitimés par le suffrage universel qui ne peuvent tolérer le crime d'impunité dont jouit aujourd'hui l'état d'Israël. Les calomnies dont ils sont victimes sont intolérables. De plus nul ne peut se permettre de manipuler les plus sombres moments de l'histoire européenne afin d'exprimer son opposition : de tels procédés participent à la banalisation de la Shoah, de l'antisémitisme et de l'occupation... Il est intolérable d'instrumentaliser la mémoire à des fins politiques. Le PCF soutient que la résolution du conflit est une affaire de dignité internationale dont l'une des clef est la fin du blocus illégal de Gaza. La justice et le droit sont les seuls moteurs d'une paix durable, dans cet esprit nous appelons le gouvernement israélien à faire preuve d'humanité en laissant accoster la flottille à Gaza et demandons que la France reconnaisse la souveraineté du peuple palestinien. Le droit à l'opposition est une liberté fondamentale, au cœur de toute démocratie moderne. Les partis politiques Français et européens doivent intervenir auprès du Quai d'Orsay et auprès des autorités grecques afin de faire cesser ces pressions scandaleuses.

Voir les commentaires

Au 1er juillet, tout augmente sauf le SMIC

1 Juillet 2011, 07:44am

Publié par PCF Villepinte

 

Hausse des prix de l'énergie, des transports, de la poste... Et aussi, mise en application de la réforme des retraites, stagnation du Smic. Joyeux 1er juillet !

C'est peut être le début des vacances scolaires, mais ce 1er juillet va être pour beaucoup bien sombre. Les hausses de prix sont nombreuses. Mais le SMIC, lui, ne bouge pas. Sûrement qu'au 1er août il augmentera de manière automatique, puisque l'inflation aura dépassé les 2% depuis sa dernière réévaluation.

Ce qui va augmenter en revanche, c’est les prix de l’électricité : + 2,9% pour les particuliers. La hausse du prix du gaz touche dans un premier temps les entreprises, +3,2%, mais atteindra les ménages le 1er octobre.
Le prix du timbre postal passe lui à 60 centimes, au lieu de 58.

Les transports en commun suivent le mouvement. La SNCF cette année augmente les prix des trains Intercités et trains express régionaux (TER), de 10 centimes à 2,70 euros en fonction des destinations.
A la RATP, la hausse est plus générale : 2,7% sur les forfaits mensuels : de 60,40 euros à 62 euros pour les zones 1 et 2, 80,30 euros pour les zones 1 à 3, 98,10 euros pour la zone 4.  A l’inverse, bonne nouvelle pour les habitants de banlieue lointaine, les zones 5 et 6 fusionnent en un abonnement unique à 109,90 par mois.
Chose étrange, si à l’unité, le ticket de métro parisien ne bouge pas et reste à 1,70 euro, il augmente pour les bus, à 1,90 euro. Le carnet de 10 tickets atteindra lui les 12,50 euros.

En parallèle, on a appris ce jeudi que la consommation des ménages français a de nouveau nettement diminué en mai, frein à la croissance globale de l'économie. Etonnant, non ?

Enfin pour parfaire l'entrée dans l'été, la réforme des retraites, qui a mobilisé contre elle des millions de manifestants l'automne dernier, entre en vigueur ce 1er juillet. A savoir le passage de l'âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans. La transition se fera graduellement, à raison de quatre mois supplémentaires par an. Les premières personnes concernées sont celles nées après le 1er juillet 1951.

17 700 chômeurs de plus au mois de mai
La croissance attendue à 2,1% en 2011
Flambée de la précarité

Voir les commentaires

Les accusations à l'encontre de DSK s'effondrent

1 Juillet 2011, 07:41am

Publié par PCF Villepinte

 

Société - le 1 Juillet 2011

 

 

 

Les accusations contre Dominique Strauss-Kahn sont sur le point de s'effondrer, affirme le New York Times, juste avant une comparution inattendue ce vendredi de l'ancien patron du FMI devant la justice américaine, qui pourrait choisir de le remettre en liberté. Selon le quotidien américain, les enquêteurs ont "découvert des lacunes majeures dans la crédibilité" de l'accusatrice. (à lire: DSK: de l'oreille de Jospin au destin du monde, notre portrait)

 

  • Les faits nouveaux

Le New York Times, qui cite deux enquêteurs, il ne fait pas de doute qu'une relation sexuelle a bien eu lieu entre l'ancien directeur général du Fonds monétaire international et la femme de chambre guinéenne de l'hôtel Sofitel à Manhattan. Mais "les procureurs ne croient pas grand chose de ce que l'accusatrice leur a dit à propos des faits ni à propos d'elle-même", selon le journal.

Selon le NYT, les enquêteurs ont la conviction que la femme de chambre âgée de 32 ans leur a menti "à plusieurs reprises" depuis le début de l'affaire le 14 mai. Ils la soupçonnent d'être impliquée dans des activités criminelles telles que trafic de stupéfiants et blanchiment d'argent sale.

Plusieurs individus ont déposé, au cours des deux dernières années, de l'argent liquide, pour un total de 100.000 dollars, sur son compte en banque rapporte le journal. Elle aurait aussi menti à propos de sa demande d'asile aux Etats-Unis, où elle vit depuis 2002. Lors d'une conversation téléphonique avec un détenu, "elle a discuté de l'intérêt de poursuivre les accusations" contre M. Strauss-Kahn, ajoute le quotidien.

Rien ne permet cependant d'affirmer que l'ancien ministre aurait été victime d'une machination ourdie par des rivaux politiques, selon les enquêteurs cités par le New York Times.

 

  • Négociations entre le procureur et la défense

Dès le début de l'affaire, les avocats de Dominique Strauss-Kahn avaient laissé entendre qu'ils tenteraient de décrédibiliser le témoignage de la jeune Guinéenne. Mais les informations sur ses relations troubles ont été découvertes par l'accusation, écrit le NYT. Le procureur et la défense ont discuté jeudi d'un éventuel abandon des poursuites criminelles et de leur remplacement par un simple délit, mais les avocats de M. Strauss-Kahn devraient rejeter une telle éventualité, ajoute le journal. (à lire: Un système judiciaire américain accusatoire)

 

  • Comparution de DSK ce vendredi

Ce coup de théâtre pourrait se confirmer à 11H30 lorsque M. Strauss-Kahn comparaîtra devant le tribunal pénal de Manhattan pour une audience annoncée jeudi soir à la surprise générale, le prochain rendez-vous judiciaire n'étant pas attendu à l'origine avant le 18 juillet. Selon le New York Times (NYT), "le juge Michael Obus devrait étudier la possibilité d'alléger les conditions exceptionnelles de la mise en liberté surveillée qu'il a imposées à M. Strauss-Kahn dans les jours qui ont suivi son inculpation".

L'ancien favori de la présidentielle française, qui a plaidé non-coupable le 6 juin, "aurait le droit de voyager à l'intérieur des Etats-Unis", le juge conservant toutefois son passeport, affirme le journal.

 

  • A lire

--> DSK: nouvel épisode un peu surfait

--> DSK plaide non-coupable et s'en va

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>