Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Un Tchernobyl au « pays du soleil levant » ? (vidéo)

12 Mars 2011, 11:52am

Publié par PCF Villepinte

Monde- le 12 Mars 2011  
 

Au lendemain d'  un tsunami dévastateur, le Japon compte ses morts et ses blessés. Un quart de siècle  plus tard, on craint un nouveau Tchernobyl, mais cette fois au Pays du soleil levant.  
Le tsunami charriant des vagues de dix mètres de hauteur a tout emporté sur son passage.

Le dernier bilan de la police nationale japonaise fait état de près de 1.400 morts et disparus et 1.128 blessés. Deux trains sont toujours portés disparus dans le nord-est de l'archipel, la zone la plus touchée par le tsunami déclenché par le puissant séisme de magnitude 8.9. Le pire de l'histoire nippone. Sur place, les secours s'organisent dans des conditions très difficiles. Deux centrales nucléaires sont toujours sous haute surveillance, les autorités japonaises s'activent pour contenir la pression croissante dans les réacteurs. Au moins 45 pays, dont la Chine, ont proposé leur assistance dans les opérations de recherche et de secours.

Des mesures ont été prises pour évacuer des dizaines de milliers d'habitants vivant dans les environs de ces deux unités de production électrique.
Le gouvernement Japonais  a annoncé l'apparition d'une petite fuite radioactive sur un réacteur de la centrale nucléaire de Fukushima dont le système de refroidissement a été endommagé par le séisme.

Par ailleurs, une explosion a été signalée dans la  centrale nucléaire de Daiichi, sur la côte nord-est du Japon, rapporte l'agence de presse Jiji, citant la police.
Selon l'agence chargée de la sécurité nucléaire, la déflagration ne provenait pas du réacteur de la centrale. Le niveau d'eau n'y est pas anormal, précise Jiji, citant l'opérateur Tepco.

La télévision publique NHK, qui a diffusé des images montrant ce qui semble être un nuage de vapeur s'élevant au dessus de la centrale, fait état de plusieurs blessés.

Les autorités nucléaires japonaises avaient auparavant jugé très possible que des barres de combustible nucléaire aient fondu ou soit en train de fondre mais ont jugé le risque de fuite radioactive limité mais pas exclu.  Le relâchement de radioactivité dans l'environnement  de Tchernobyl avait fait des milliers victimes en Ukraine et produit de gros dégâts  sur l’environnement dans l'ensemble de l'Europe.

Le séisme qui vient de se produire au Japon est le cinquième plus important de l'histoire du le monde depuis un siècle. Il dépasse le séisme du Grand Kanto survenu le 1er septembre 1923 et dont la magnitude de 7,9 avait provoqué la mort de 140 personnes dans la région de Tokyo.

Abrahim Saravaki avec les agences

Voir les commentaires

L'actuL'actionProgramme populaire partagéLe PartiFront de gaucheSolidarité avec le peuple japonais

12 Mars 2011, 07:22am

Publié par PCF Villepinte

Voir les commentaires

L'actuL'actionProgramme populaire partagéLe PartiFront de gaucheEssence: les Français victimes d'une véritable extorsion de fonds

12 Mars 2011, 07:19am

Publié par PCF Villepinte

Voir les commentaires

UMP où es-tu?

12 Mars 2011, 07:11am

Publié par PCF Villepinte

 

  • 1000 candidats de droite aux élections cantonales ont oublié de mettre leur sigle UMP sur leur affiche électorale.
  • Aide-les à retrouver le chemin de leur identité.

    Utilise l'une des affichettes ci-dessous et colle-là sur leur affiche.

 
 
 

Voir les commentaires

Luttes pour le Service public de fret SNCF (VIDEO)

11 Mars 2011, 12:33pm

Publié par PCF Villepinte

Le fret 10 mars 2011

 

chemi

Voir les commentaires

Pacte européen de compétitivité

11 Mars 2011, 12:08pm

Publié par PCF Villepinte

Question au gouvernement d’André Chassaigne à François Fillon, Premier Ministre le mercredi 9 mars 2011A-Chassaigne.jpg

Alors que les profits des grandes entreprises atteignent des sommets, vous êtes toujours le commis zélé de ceux qui veulent s’enrichir toujours plus, et surtout sans risques pour leur portefeuille.

Pour cela, Monsieur le Premier Ministre, vous avez une alliée de choix avec la Chancelière allemande Madame Angela Merkel. Ce sera sans aucun doute le cas dans 2 jours, lors du sommet des chefs d’état et de gouvernement de la zone euro.

Au programme, un pacte de compétitivité censé éviter la répétition de crises financières… un pacte caché révélé ce matin par l’Humanité. Alors que les conséquences seront d’une extrême gravité pour le niveau de vie de nos concitoyens et encadreront nos choix nationaux, le Parlement est tenu à l’écart.

Certes, une version allégée de ce document vient d’être dévoilée pour apaiser les critiques suscitées par le projet initial. Mais l’essentiel reste.  C’est, tout d’abord, je cite, « faire évoluer en ligne les coûts sur la productivité » par la « modération salariale ».

C’est-à-dire abolir l’indexation des salaires sur l’inflation et rompre avec les négociations collectives. Est-ce que 7,8 millions de personnes vivant dans notre pays sous le seuil de pauvreté ne suffisent pas ?  C’est aussi inscrire le plafonnement des déficits publics dans la Constitution, pour graver dans le marbre des limites aux dépenses sociales. Bel artifice pour écraser les services publics sans en assurer la responsabilité directe !

Est-ce que vous pensez que le Parlement est un tel frein à la politique d’austérité qu’il faut le déposséder ?  C’est aussi définir au niveau européen un cadre commun pour lier l’âge de la retraite à l’évolution de la démographie, avec en point de mire la retraite à 67 ans.

Est-ce que vous ne pourriez pas plutôt initier une meilleure répartition des richesses et la contribution du capital au financement de notre système de protection sociale ?

Je ne doute pas, Monsieur le Premier Ministre que vous répondrez avec précision à ces différentes questions."

Voir les commentaires

Déclaration de l’UD CGT 93

11 Mars 2011, 12:00pm

Publié par PCF Villepinte

Élections cantonales de mars 2011

 

manif 19 oct 2010 025Faire entendre de manière forte la parole des salariés !

Les élections cantonales des 20 et 27 mars 2011, dernière échéance électorale avant l’élection présidentielle de 2012, interviendront dans un contexte particulier. La financiarisation et la folie spéculative ont provoqué une énorme crise économique. Le Patronat et ses alliés au pouvoir, ont décidé de faire payer cette crise aux salariés et de l’utiliser comme prétexte pour accélérer les politiques antisociales. Cependant les salariés ne se sont pas résignés et ont exprimé massivement leur opposition à cette régression sociale, particulièrement lors du conflit sur les retraites.

A l’initiative des syndicats dans l’unité, des millions de salariés, de privés d’emplois, de retraités, d’étudiants, de lycéens, se sont engagés dans un grand mouvement pour la défense des retraites et contre la loi Sarkozy-Woerth, de casse du système par répartition. Celles et ceux qui sont descendus à plusieurs reprises dans la rue en 2010, ont fait le lien entre les retraites, l’emploi, les salaires, la lutte contre la précarité, les inégalités, la défense de notre système de protection sociale. La contribution de la CGT pour gagner l’unité syndicale, et impulser cette expression populaire massive pour des réponses de progrès social à la crise, provoquée par les banques et les financiers, aura eu toute son importance.

Les élections cantonales des 20 et 27 mars prochains sont des élections locales, où les électeurs de notre département seront appelés à renouveler 20 conseillers généraux. Mais ces élections auront aussi une dimension nationale. Les salariés de notre département, comme ceux de France et de toute l’Europe, sont confrontés à un ordre libéral, qui ne cesse de remettre en cause les droits sociaux et les Services Publics. La droite au pouvoir, relaie et devance avec zèle ces attaques. Ainsi la réforme territoriale et des finances locales, avec la suppression de la Taxe Professionnelle, la baisse des dotations, le report des charges de l’Etat sur les collectivités, vise à étouffer la voix des départements et à terme leurs suppressions.

Pour faire entendre de manière forte la parole des salariés, combattre ces politiques qui font primer les intérêts financiers sur les intérêts des travailleurs, et peser pour des réponses de progrès à la crise dans laquelle le capitalisme nous enfonce, l’UD CGT 93 appelle à se rendre massivement aux urnes les 20 et 27 mars prochain pour sanctionner la Droite, premier supporter du cahier revendicatif du MEDEF, et rejeter l’extrême Droite. En effet, le Front National, parti qui va à l’encontre des valeurs fondamentales de la CGT, porte une démarche raciste et xénophobe, tout en défendant les intérêts du grand patronat.

L’Union Départementale CGT 93 appelle les salariés à apporter leur suffrage aux listes de transformation sociale, s’étant notamment prononcées pour la retraite à 60 ans à taux plein, et donnant la priorité aux besoins sociaux et démocratiques, contre les logiques capitalistes.

L’abstention favorise la droite et le patronat. Faisons du bulletin de vote l’un des porte-voix des luttes et revendications des salariés.

Bobigny le 8 mars

Voir les commentaires

Europe : le document antisocial préparé dans le secret

9 Mars 2011, 22:58pm

Publié par PCF Villepinte

 

Politique - le 9 Mars 2011

 

 

 

Révélation. L'Humanité vous propose dans son édition d'aujourd'hui, le texte intégral du projet que le sommet de Bruxelles veut adopter vendredi. Texte obtenu par le député européen Patrick Le Hyaric. Au programme : baisse des salaires, privatisations, mise sous tutelle des Parlements européens...  Avec les décryptages de la rédaction, des analyses d'économistes. Un document exclusif

Ce document, daté du 25 février et préparé par le président de la Commission José-Manuel Barroso et le président du Conseil Herman Van Rompuy, est le dernier avatar d’une série de textes visant à faire payer aux peuples les dettes contractées par les États auprès des marchés financiers… quand il fallait sauver ces derniers. Ce texte a été présenté la semaine dernière aux pays de la zone euro, pour préparer le sommet extraordinaire de vendredi. -> la suite dans l'Humanité de mercredi


 

Voir les commentaires

Année du Mexique: un fiasco façon Nicolas Sarkozy

9 Mars 2011, 22:55pm

Publié par PCF Villepinte

 

Monde - le 9 Mars 2011

 

 

 

A lire dans L'Humanité de ce jeudi 10 mars: "L’année du Mexique en France : un énorme gâchis".

Le Festival français d'Acapulco, au sud du Mexique, qui devait commencer mardi a été reporté à fin mai pour "assurer sa réalisation dans des conditions optimales". Ce report annoncé par les organisateurs dans la nuit de mardi à mercredi intervient le jour même où la France a constaté "l'impossibilité de mettre en oeuvre" l'Année du Mexique en France en raison de la crise diplomatique créée par l'affaire Florence Cassez.

"L'édition 2011 du Festival était prévue du 8 au 13 mars, mais, afin d'assurer sa réalisation dans des conditions optimales et garantir sa pérennité, il a été décidé d'un commun accord entre le Gouvernement de l'Etat de Guerrero, l'Office de Tourisme d'Acapulco (FIDETUR) et les organisateurs, de reporter cet évènement du 24 au 29 mai 2011", se contentent d'indiquer les deux responsables de l'évèvement, Karim Gilles Djellit et Jean-Christophe Napias, dans un communiqué.

L'année du Mexique était devenue un point de cristallisation des tensions entre Paris et Mexico avec le rejet, jeudi 10 février, du pourvoi en cassation de la Française Florence Cassez, condamnée à 60 ans de prison pour enlèvements, alors qu'elle clame son innocence depuis 2005. Nicolas Sarkozy avait décidé le 14 février de "dédier" l'Année du Mexique à Florence Cassez. S'estimant offensé, le gouvernement mexicain avait annoncé le jour même son retrait de l'organisation de l'année du Mexique tant que les autorités françaises n'auraient pas cessé de la lier à l'affaire Cassez.

Mardi, le Quai d'Orsay a constaté "avec regret" que des consultations menées ces derniers jours entre fonctionnaires mexicains et français pour examiner les conditions d'une reprise de l'Année du Mexique n'avaient "pas abouti". Le gouvernement mexicain a réaffirmé ce week-end que "les conditions n'existent pas" pour sa participation à l'Année du Mexique en France en raison du lien maintenu par le gouvernement français avec l'affaire Florence Cassez, condamnée à 60 ans de prison pour enlèvements.

Le Mexique devait participer à hauteur de 23 millions d'euros environ au financement d'une grande partie des 350 manifestations prévues dans les domaines culturels, économiques, éducatifs et touristiques. L’Institut français "mettra tout en oeuvre pour accompagner au cas par cas les structures organisatrices et les aider à gérer au mieux le démontage, les annulations et, lorsque ce sera possible, le report et la reprogrammation" des manifestations.

Voir les commentaires

Hommage de Pierre Laurent à l'occasion du premier anniversaire de la mort de Jean Ferrat

9 Mars 2011, 22:48pm

Publié par PCF Villepinte

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF

Antraigues, le 9 mars 2011

_____________

Chère Colette,Lorsque Jean s'est éteint, il y a tout juste un an, le 13 mars, on eut dit que chacun de nous ne serait plus que « cette heure arrêtée au cadran de la montre ». Pour nous ses camarades, pour la France, Jean chantait la vie. Il était la vie, alors comment serait la vie sans Jean ? Les communistes français perdaient un frère et la France, un fils, un artiste dans lequel elle se reconnaît tout entière. L'annonce de sa disparition saisit le pays à la veille du premier tour des élections régionales. Jean se rappela alors une dernière fois à nous pour nous dire l'essentiel : les mots tendres de Ma France résonnèrent aux 4 coins du pays et sur toutes les lèvres. Oui, cette France digne et généreuse existe, cette France courageuse et accueillante vit encore, notre France aimante, combative et inventive est bien debout.


Jean n'aura pas vu l'exceptionnel mouvement social contre la réforme des retraites dont on pouvait croire qu'il avait répondu à son appel tant les cortèges portaient sa présence, sa voix ; il n'a pas vu non plus les mouvements populaires tunisiens et égyptiens qui chassèrent leurs tyrans, ces révolutions « couleur d'orange » qu'il aurait tant goûtées, j'en suis certain. « Tu aurais pu vivre encore un peu », me suis-je dit, en venant lui rendre hommage aujourd'hui, avant que le souvenir d'une rencontre à l'humanité ne me rattrape bien vite. Le grand Jean Ferrat, l'humble Jean Ferrat ne laissait personne indifférent.

Depuis un an, la France, sa France, s'est chargée de combler son absence. L'hommage populaire que lui rend chaque jour le pays, jusqu'ici dans sa terre d'adoption d'Antraigues, n'a pas fini d'impressionner. L'empreinte de sa voix à nulle autre pareille est immense. Elle nous est toujours aussi précieuse. Jean avait appris de sa traversée de l'existence que, quelles que soient les difficultés et les obstacles, en faisant confiance à l'espèce humaine et à sa créativité, en cultivant notre fraternité, nous pouvons avoir toute confiance en l'avenir et persévérer : « L'homme ne se laissera pas ravaler au rôle d'animal, ni ne laissera enterrer ses espoirs – nous avait-il dit un jour pour L'Humanité et d'ajouter – La transformation sociale est toujours à conquérir. »

En Jean, le poète et le communiste ne faisaient qu'un : chanter toutes les beautés, toutes les bontés du monde sans en masquer les horreurs ni jamais renoncer à le transformer ; aimer l'autre tel qu'il est, se nourrir de la rencontre, jouir de la vie, des bons vins ou d'un paysage majestueux comme d'une œuvre d'art, puiser dans la contemplation la vitalité et l'énergie de la révolte. Car Jean avait trop intimement connu l'effroi et payé trop cher l'éruption de la barbarie dans ce XXe siècle pourtant autant rempli de promesses que de douleurs ; Jean savait trop bien ce que sont la perte, l'absence, la peine, l'odieux ou l'irrémédiable pour ne pas se jeter à cœur et à corps perdus dans le feu de l'existence.

Il était et serait toujours ce gars dans Ma môme, l'enfant terré dans les wagons de Nuits et brouillard, l'amoureux éperdu d'Elsa ouvrant ainsi à Aragon de nouvelles voies dans le cœur des Français ; il était moi, il était vous, il savait chuchoter à l'oreille de chacun, le rassurer, le réchauffer, le prendre dans ses bras, le secouer aussi, si besoin. Avec Jean, il ne s'agissait pas simplement de vivre, d'attendre satisfaction de la vie, il s'agissait encore moins de survivre mais bien d'exister, d'être –au sens plein du terme ; n'en rabattre ni sur ses joies, ni sur ses colères.

Lorsque Jean écrivit et chanta le Bilan, ce fut pour nous communistes un geste plus salutaire qu'aucune déclaration de personnalité politique ou philosophique. Il parla à ses frères, comme on leur parle dans ces moments où la raison doit triompher ; avions-nous tant combattu pour l'émancipation – la liberté de conscience, d'expression, d'organisation, d'action – pour nous taire quand elle était méprisée, souillée là où, plus qu'ailleurs, elle aurait dû régner ? Lui qui n'était pas membre du PCF, n'en fréquentait pas pour autant, du fait de sa notoriété, que des dirigeants et accordait toute son attention aux militants qu'il croisait et dont il a souvent avoué son admiration ; il ne se voulait ni au-dessus des uns, ni faire-valoir des autres, il était « avec », nous étions ensemble, c'est pourquoi en nous parlant avec autant de franchise que d'amour, Jean ne provoqua pas de fracture et aura sans doute fait, plus que quiconque alors, pour réveiller l'esprit critique et libérer la parole des communistes français.

Chère Colette, à toi, à son frère et toute sa famille, à tous ses amis ici et dans le pays, je veux redire combien chaque rencontre avec Jean fut source de bonheur et de plaisir ; j'ai connu ce bonheur, j'en suis toujours sorti plus riche et avec appétit ; ce bonheur est à présent inscrit en chacun de nous, que nous soyons membre ou non du PCF, la poésie et les mélodies de Jean nous accompagnent et nous rendent à chaque écoute, encore un peu plus humains, encore un peu plus forts, encore un peu plus heureux.

 

09/03/2011 14:21

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>