Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Enième épisode dans le feuilleton BP

20 Juillet 2010, 11:59am

Publié par PCF Villepinte

 

 

Un drame, des excuses, des espoirs et des déceptions, la marée noire de BP a tout du feuilleton de l’été. Pourtant, beaucoup souhaiteraient que celui-ci prenne fin au plus vite. Jeudi dernier le géant pétrolier annonçait que la fuite de pétrole avait été stoppée. Cette nouvelle information engendrait un certain scepticisme (voir l’article « BP ou la farce pour Bonnes Poires » du 16 juillet). Et cette impassibilité nous a donné raison avec un nouveau rebondissement de l’affaire. En effet, selon les autorités américaines, les ingénieurs de BP auraient repéré une nouvelle fuite la nuit dernière sur le dôme de confinement tout récemment installé.

C’est un nouvel échec pour la compagnie britannique de Tony Hayward qui comptait sur ce nouveau dispositif pour retenir les fuites de pétrole. Le dôme de confinement devait permettre de contenir les échappements d’hydrocarbure dans l’océan jusqu’à la mise en place définitive des deux puits de secours. Ces derniers ne seront opérationnels qu’à partir de la première quinzaine d’août. Hier soir une lettre de Thad Allen, responsable de la marée noire pour l’administration Obama, adressée au directeur général de BP, Bob Dudley, s’inquiétait des « anomalies de nature indéterminée à la tête du puits ». Ces faits s’inscrivent dans une phase de tests qui aurait initialement dû prendre fin samedi. Mais les signes de défaillance ont décidé le gouvernement américain à prolonger jusqu’à mardi la période de tests.

Un porte parole de la compagnie pétrolière à confirmé l’existence d’une fuite dans la journée. Il nie cependant toute relation entre ce nouvel incident et le puits principal. Mais ces déclarations  n’expliquent pas tout. Le temps de réaction de la firme reste étonnant; difficile de comprendre pourquoi les autorités américaines ont communiqué sur ce nouvel incident avant BP. De plus, qu’en est-il des autres « anomalies […] à la tête du puits » ? La compagnie britannique doit maintenant surmonter ce nouveau contretemps. Si elle y parvient, alors elle pourrait décider de maintenir fermé le puits principal jusqu’à l’entrée en activité des fameux puits secondaires. Cependant ingénieurs et spécialistes  craignent que sous l’effet de la pression, le pétrole rejaillisse à nouveau dans l’océan. Rien n’exclut qu’une telle compression ne soit à l’origine de failles, ce qui serait une véritable catastrophe.

Dans un communiqué, BP a aujourd’hui annoncé avoir déjà dépensé environ 3,95 milliards de dollars pour stopper la perte d’hydrocarbure. En vain ? Une chose est sûre, cet été les défenseurs de l’écologie comme les Américains - directement concernés – suivront avec attention la progression de ce qui pourrait devenir le« Petroleumgate » des Etats-Unis.  

Matthieu Windey

Voir les commentaires

Pierre Laurent - « Les 4 vérités » du 20 juillet 2010

20 Juillet 2010, 11:54am

Publié par PCF Villepinte

Voir les commentaires

Pour une terre commune !

19 Juillet 2010, 19:54pm

Publié par PCF Villepinte

Sortie de « Pour une Terre commune » d’André Chassaigne, septembre 2010.

Communiqué des éditions Arcane Député du Puy de Dôme, André Chassaigne s’est illustré particulièrement au printemps 2008 lors du débat sur les OGM, en imposant l’adoption de l’amendement 252 excluant de fait la culture des plantes génétiquement modifiées d’une grande partie du territoire français puis en faisant voter une motion de procédure rendant caduque le texte et l’annulant avant son examen en deuxième lecture.

"Les éditions Arcane 17 ont le plaisir de vous annoncer pour septembre 2010, la sortie de « Pour une Terre commune » essai politique d’André Chassaigne.

Il est également président de l’Association Nationale des Elus Communistes et Républicains (ANECR) et depuis mars dernier Président du groupe Front de Gauche de la Région Auvergne.

Dans le prolongement de son activité parlementaire et au cœur de son vécu de terrain, André Chassaigne développe une réflexion originale sur le développement durable où, après avoir déconstruit ce qu’il appelle « l’illusion écologique libérale », il porte l’ambition d’une autre perspective alliant l’écologie et le social, avec à la clef, des pistes de réponse communes à ces deux urgences.

Communiste d’ouverture et de dialogue, participant activement des mobilisations sociales comme du débat de la reconstruction de la gauche en vue de 2012, en liaison avec l’évolution de la réflexion de son Parti sur ce sujet, il nous livre ici le récit d’une prise de conscience progressive face à l’importance des questions environnementales et leur caractère essentiel pour toute alternative politique. Un témoignage argumenté et sincère."

« Pour une Terre commune ». Essai d’André Chassaigne. Les Editions Arcane 17 - http://arcane17.hautetfort.com/ Prix 19 €

Avant première à la fête de l’Humanité les 10,11 et 12 septembre Sortie nationale le 20 septembre

Voir les commentaires

Monde

19 Juillet 2010, 12:28pm

Publié par PCF Villepinte

 Sida, la crise mondiale plombe le financement de la lutte

   

Alors que la 18e conférence internationale sur le sida s'ouvre à Vienne en Autriche, la communauté médicale et les organisations engagées dans la lutte antisida s'inquiètent de la stagnation du financement due à la crise économique qui compresse les budgets des nations donatrices et risque de compromettre les progrès accomplis.

Selon un rapport publié dimanche en marge de la conférence, le financement des programmes de lutte antisida dans les pays pauvres par les Etats riches a reculé légèrement en 2009 à 7,6 milliards de dollars contre 7,7 milliards en 2008.

"Les pays donateurs se sont montrés très prudents l'an dernier en matière de financement des programmes antisida, mais ils n'ont pas réduit globalement leurs contributions alors qu'ils devaient gérer un tsunami économique qui a déclenché une récession mondiale", a souligné Drew Altman, directeur de la Fondation Kaiser Family à l'origine de ce rapport avec l'organisation Onusida.

"L'avenir dira si le soutien financier reprendra sa croissance rapide lorsque la reprise économique sera lancée", a-t-il ajouté.

Sur les 7,6 millions de dollars de l'an dernier, les pays donateurs ont déboursé 5,9 milliards en aides bilatérales et par le biais d'organisations multilatérales, 1,6 milliard sont passés par le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et la malaria, et 123 millions par l'organisation UNITAID.

L'Allemagne, le Canada, la France, l'Irlande, l'Italie et les Pays-Bas comptent parmi les pays qui ont réduit leurs contributions. Mais ces réductions ont été largement compensés par un accroissement de l'aide fournie par les Etats-Unis, dont la contribution est passée de 3,95 milliards de dollars en 2008 à 4,4 milliards l'an dernier.

Les Etats-Unis ont assuré à eux seuls 58% des financements en 2009, suivis par la Grande-Bretagne (10,2%), l'Allemagne (5,2%), les Pays-Bas (5%) et la France (4,4%).

Les auteurs du rapport estiment que les pays pauvres avaient besoin l'an dernier d'un total de 23,6 milliards de dollars venant de toutes les sources de financements confondues, ce qui représente un trou de 7,7 milliards de dollars à combler.

Voir les commentaires

Politique

19 Juillet 2010, 12:24pm

Publié par PCF Villepinte

 

 

 

Une révélation à suivre dans l’Humanité d’aujourd’hui

 

L’affaire Woerth-Bettencourt n’a pas fini de livrer tous ses mystères. Le rôle de Florence Woerth consistait à faire de l’argent avec des placements dans les hedge funds. L’ancien ministre du Budget mis en cause par Patrice de Maistre. Une commission d’enquête s’impose.

L’Humanité du lundi 19 juillet 2010  révèle, le vrai « job » de Florence Woerth chez Clymène.

Voir les commentaires

Fête de l'Humanité

18 Juillet 2010, 06:38am

Publié par PCF Villepinte

VIDEO
 

Voir les commentaires

Les Français mettent leur santé à la diète

18 Juillet 2010, 06:32am

Publié par PCF Villepinte

 

ap hpUne étude du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie révèle que les Français sont de plus en plus nombreux à restreindre leur budget en matière de soins médicaux.

Ce sont des chiffres inquiétants qu’a publiés mercredi le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc). Selon la dernière parution de l’enquête « Consommation et mode de vie », 13 % de Français déclarent s’imposer des restrictions budgétaires en matière de soins médicaux, contre 3 % en 1980. Une tendance encore plus forte chez les ménages les plus modestes. Selon le Crédoc, ces derniers se restreignent trois fois plus souvent que les ménages aisés.

Les classes moyennes  aussi touchées

« Je ne vais chez le médecin qu’en cas d’extrême urgence », témoigne Marie, vingt-cinq ans, apprentie en assistanat de manager et mère d’un enfant. Depuis qu’elle a repris ses études en BTS, pour un salaire de 800 euros par mois, le budget soins s’est vite restreint. « Avec ce simple salaire, je ne peux soigner que ma fille… Et encore, je ne l’emmène plus chez le pédiatre, dont la consultation coûte 50 euros. Je vais chez le généraliste. » Pourtant, des centres de santé publics existent, où les consultations chez les spécialistes sont moins chères. Mais l’attente est souvent très longue. Cécile, vingt-deux ans, étudiante en lettres, confie y avoir eu recours. « Pour me concentrer sur le concours du Capes, j’ai arrêté de travailler. Du coup, je réfléchis à deux fois avant de me rendre chez le médecin ou chez le gynécologue, dont la consultation peut aller jusqu’à plus de 60 euros… J’ai été dans un centre de santé privé où les consultations étaient moins chères, mais ça m’a gênée car je préférerais que l’accès aux soins reste dans le domaine public. »

L’accès aux soins serait-il devenu un luxe ? Le cas d’Aissata, trente ans, chargée de diffusion, mariée et mère de deux enfants, montre que les classes moyennes sont aussi touchées. Malgré des revenus plus que corrects (4 500 euros par mois), le couple fait désormais appel à un centre de santé rattaché à sa mutuelle. « Comme ça, je n’avance aucun frais. En contrepartie, je dois attendre une heure et demie pour une consultation chez le dentiste. »

Auteur de l’étude du Crédoc, Régis Bigot rappelle que « si le chiffre de 13 % peut paraître modeste, cela représente tout de même 8 millions de personnes ». Et, ajoute-t-il, ce sont « les réformes du système de santé que l’on observe depuis trente ans » qui expliquent ces chiffres.

Adama Sissoko

Voir les commentaires

L’île mystérieuse

18 Juillet 2010, 06:27am

Publié par PCF Villepinte

 

hq_2010-07-16.pdf.jpgL’affaire Woerth-Bettencourt
est déjà devenue le feuilleton de l’été. Elle ranime les conversations, une fois épuisés les commentaires sur les contre-performances des Bleus en Afrique du Sud et sur les prévisions météorologiques. Les turpitudes qu’elle révèle nous donnent parfois la nausée. Mais elle n’en est pas moins fort instructive. Elle nous renseigne sur la vie des riches, qui, contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, n’est pas un long fleuve tranquille, ni un chemin jonché de pétales de roses.

Ainsi avons-nous appris l’existence d’une île aux Seychelles, inondée de soleil, et qui a la singularité d’être tout entière la propriété d’une personne, en l’occurrence Mme Bettencourt, semble-t-il. L’île d’Arros donne bien du souci à l’héritière de L’Oréal. En est-elle encore propriétaire, ou seulement locataire ? L’a-t-elle cédée à son ami, le photographe François-Marie Banier ? On évoque une fondation qui en serait officiellement propriétaire. On parle de sociétés offshore avec adresse au Liechtenstein. Un écheveau bien difficile à démêler, d’autant plus que l’île n’aurait, dit-on, pas été déclarée à l’administration fiscale...

C’est ainsi que les hommes vivent, dans
 ce petit monde discret et entouré des hauts murs 
des intérêts de classe, obligés de se protéger de ces damnés fonctionnaires qui ont l’outrecuidance de penser que tous les citoyens doivent contribuer au développement de la société proportionnellement à leurs moyens financiers. L’intérêt de classe les conduit à se doter de relais politiques, d’hommes dévoués à leur cause et de partis capables d’occuper le pouvoir et de les protéger.

Tout cela se paie,
il faut savoir investir un peu pour gagner gros. La question de savoir quel rôle particulier a joué Éric Woerth dans cette collusion entre l’argent et la politique de droite n’est pas l’essentiel. Le ministre a été blanchi par un service soumis à son autorité. Qui n’a pas trouvé de lettre du ministre enjoignant l’administration fiscale à établir un traitement de faveur à Mme Bettencourt... On nous pardonnera de ne pas nous satisfaire de telles conclusions. L’obstination du pouvoir à refuser la constitution d’une commission d’enquête parlementaire n’est pas non plus pour nous rassurer.

Chaque jour, de nouveaux éléments surviennent qui alimentent la chronique. Hier, ce fut la garde à vue du photographe, du gestionnaire de la fortune Bettencourt, de l’ex-avocat de la milliardaire et du gérant de l’île d’Arros, et le mystère n’en finit pas de s’épaissir. Mais tout cela n’est que l’illustration haute en couleur, et avec des personnages que l’on aurait pu croiser dans un roman de Balzac, d’un système qui n’a que trop vécu pour avoir déjà trop nui à des millions de petites gens. Ce système capitaliste capable de se doter d’un arsenal sophistiqué pour traquer les sans-papiers, pour contrôler les chômeurs, pour réduire les prestations sociales, mais qui est mis dans l’incapacité de s’opposer à l’évasion fiscale du petit monde de l’île d’Arros.                    Par Jean-Paul Piérot

Voir les commentaires

Francofolies : la fête à Alain Souchon

17 Juillet 2010, 06:12am

Publié par PCF Villepinte

Culture - le 16 Juillet 2010

La « Foule sentimentale » a fait la fête à Alain Souchon au cours d’un spectacle plein de tendresse auquel ont participé ses fils Pierre et Charles, Jeanne Cherhal, Maxime Le Forestier et Laurent Voulzy.

Poète lunaire, chroniqueur plein de tendresse d’un monde qui ne tourne pas rond, Alain Souchon était aux anges hier soir sur la  scène du Saint-Jean d’Acre. Pour sa « Fête à », il a invité son public à « sauter en l’air » afin de sentir plus léger et mieux résister aux pesanteurs du quotidien. Un lâcher-prise bienvenu pour un spectacle tout en douceur auquel a participé son pote Maxime Le Forestier, avec lequel il a repris du Brassens et interprété « En bas là-bas ». Son  fils Pierre ainsi que Charles, alias  «Ours »  sont venus également chanter avec leur père quelques-unes de ses plus belles chansons, dont « Parachutes dorés ». Alain Souchon avait aussi invité Jeanne Cherhal qui a interprété « Pays d’Amour ». Un concert où il a interprété en duo avec Laurent Voulzy « J’ai dix ans ». Les rêves des deux complices sont restés les mêmes depuis leurs débuts. Leur rêve ? « Changer le monde avec des bouquets de fleurs ». Joli programme auquel le public a fait échos en reprenant « Foule Sentimentale » dont les paroles défilaient sur écran, tel un karaoké géant : « Foule sentimentale avec soif d’idéal/Attirée par les étoiles, les voiles/Que des choses pas commerciales/ ». Un instant de communion où l’on se sentait bien d’être là tous ensemble rêvant d’un monde meilleurs, en compagnie du plus tendre de nos chanteurs.                                  La Rochelle, envoyé spécial Victor Hache

Voir les commentaires

Et soudain, Fillon créa la "rigueur"...

17 Juillet 2010, 06:08am

Publié par PCF Villepinte

  le 16 Juillet 2010

 

 

François Fillon a évoqué vendredi lors d'une conférence à Tokyo la «rigueur» mise en œuvre par la France, alors qu'il rejetait jusqu'à présent fermement ce terme pour qualifier les coupes budgétaires opérées par son gouvernement pour résorber la dette.

Vantant devant un parterre d'hommes d'affaires japonais les mesures d'austérité lancée par Paris, le Premier ministre a déclaré: «Nous sommes très attentifs à ne pas prendre des mesures qui viendraient stopper la croissance, qui viendraient même handicaper l'effort de recherche et d'innovation».

«C'est la raison pour laquelle dans tous les budgets de l'Etat, le seul qui n'est pas soumis à la rigueur, c'est le budget de l'Enseignement supérieur et de la recherche», a-t-il alors lancé, utilisant pour la première fois ce terme.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>