Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Comment 2 ans de Covid ont bouleversé nos vies

16 Mars 2022, 10:06am

Publié par PCF Villepinte

Six à dix-huit millions de morts sur la planète: deux ans après le début de la pandémie, ce bilan vertigineux ne résume pas à lui seul la secousse opérée sur nos sociétés. Relations sociales, travail, inégalités le Covid a tout chamboulé. 

Publié le Mardi 15 Mars 2022

L'Humanité Eugénie BarbezatKareen JanselmeLoan NguyenMarie ToulgoatNadège Dubessay

 

«Jusqualors, l’épidémie était peut-être pour certains une idée lointaine, elle est devenue une réalité immédiate, pressante.» Le 16 mars 2020, le visage fermé, Emmanuel Macron évoquait sentencieusement, dans une très longue allocution télévisuelle, le virus lointain venu de Chine qui avait infecté la planète, notre Grand-Est, les Hauts-de-France, l’Île-de-France… Le président annonçait enfin ce que beaucoup avaient présumé, réagissant en remplissant les parcs et les jardins le week-end précédent: la France allait être mise sous cloche pour la première fois de son histoire.

«Nous sommes en guerre !» avait-il tonné, sidérant toute une population sommée de rester cloîtrée chez elle, exception faite pour ses courses et aller au travail. Toute manifestation était interdite, toute sortie conditionnée à une autorisation signée, toute réforme suspendue. Deux ans plus tard et deux confinements plus loin, la France se démasque. Mais le bilan est lourd et continue de peser. Officiellement, sur les 6 millions de morts dans le monde, la France se hisse au 12e rang des pays les plus touchés par le coronavirus avec plus de 140000 victimes. Pour The Lancet, ce solde morbide serait à multiplier par trois.

Après avoir applaudi autrefois les soignants aux fenêtres, la population réalise aujourd’hui les économies imposées à l’hôpital, le tri des patients non covidés dont les cancers et autres maladies graves n’ont pas été traités, les lits que l’on continue à fermer malgré des hospitalisations tendues, et les indicateurs de souffrance psychique chez les 11-17 ans en augmentation flagrante depuis 2021 et qui ne descendent plus.

Premiers et premières de corvée, travailleurs de deuxième ligne, métiers invisibles sont enfin apparus dans le débat public. Mais rien n’est venu corriger les inégalités sociales. Celles-ci ont explosé, faisant se cumuler les critères de discrimination. Les personnes les plus défavorisées sur le plan social ont un risque plus élevé d’infection par le SARS-CoV-2 et de développer des formes graves de Covid. Dans les quartiers les plus défavorisés des villes, dans les habitations collectives ou surpeuplées, le risque d’infection est doublé. Les banques alimentaires restent sursollicitées par rapport à l’avant-crise.

Deux ans plus tard, nos relations sociales évoluent au ralenti, et les entreprises ont dû revoir leur organisation. Contraints un temps au télétravail, les salariés y ont pris goût et exigent désormais plus de souplesse. De leur côté, les entreprises ont évalué les avantages économiques qu’elles pouvaient en tirer. Mais chacun appréhende encore un modèle en construction.

Le confinement, la vaccination rendue obligatoire pour exercer certains métiers et le passe vaccinal ont contraint les mouvements et attaqué les libertés fondamentales. Les retrouverons-nous toutes, le 31 juillet, date annoncée pour la fin de l’état d’urgence sanitaire? Il faudra y veiller.

 

Commenter cet article