Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Déshonneur(s)

7 Janvier 2022, 07:42am

Publié par PCF Villepinte

 

 

Le candidat Mac Macron et les citoyens…

Mépris. 

Et maintenant, le prince-président choisit ses Sujets… Depuis son interview donnée au Parisien, le feu roulant de la polémique ne ralentit pas, et pour cause. Beaucoup se sont braqués sur cette fameuse phrase: «Les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout. C’est ça, la stratégie», y voyant à juste titre une forme de catégorisation assez indigne pour un homme assurant les plus hautes fonctions de l’État, nous rappelant quelques-unes de ses fulgurances antérieures affligeantes, «le pognon de dingue», «les gens qui ne sont rien», «les illettrés», ou, le clou du spectacle permanent: «Je traverse la rue et je vous en trouve», du travail.

Soit, mais dans le même entretien au Parisien, il y eut plus grave et sérieux: «Quand ma liberté vient menacer celle des autres, je deviens un irresponsable. Un irresponsable n’est plus un citoyen.» Dans la bouche de Mac Macron, les mots ont un sens et ne prêtent rien au hasard. Tout procède de la stratégie d’un candidat déjà en campagne («Il n’y a pas de faux suspense, j’ai envie», assure-t-il) aussi disruptif que périlleux, dans un mélange très assumé de mépris, d’arrogance et de division.

Qui est donc citoyen? Et qui en décide? Mac Macron en personne, seul, s’octroyant ainsi le droit divin du grand «triage», de la sélection entre les «bons» et les «mauvais», au risque de braquer les Français les uns contre les autres? Déchoir de la citoyenneté, même symboliquement, ne fût-ce que par les mots, reste un acte grave, fondamental, en République. Jupiter s’autorise tout.

Peuple. 

Vous connaissez la formule: la «forme», c’est du «fond» qui remonte à la surface. Sur la forme, aucune contestation: l’insulte est grossière et brutale. Le bloc-noteur, en réaction, ajoutera juste que lui aussi emmerde les irresponsables et les puissants supposés, ceux qui détruisent l’école, ceux qui ruinent l’hôpital, ceux qui aident les évadés fiscaux, ceux qui détestent les autres.

Sur le fond, en revanche, l’affaire se corse quelque peu. À un peu plus de trois mois de l’élection monarchique, Mac Macron choisit résolument la tactique du clivage comme un calcul très pensé, presque réfléchi, quoique décidée au lendemain matin du «blocage» parlementaire par le «coup du rideau». Plutôt malin, instinctif, le côté «moi contre tous» en politique institué, versus le peuple.

Car, lui aussi connaît les chiffres: 90% de la population éligible se trouvent désormais vaccinés et une majorité se déclare favorable au passe vaccinal. Par son infâme provocation sur l’atteinte à la citoyenneté, il tente d’inverser le processus en forçant les oppositions à tomber les masques, tout en cornérisant LR, associé de fait aux extrêmes et aux antivax. Quitte à oublier ses promesses à l’endroit des Français, prononcées sur TF1 le 15 décembre 2021: «Dans certains de mes propos, j’ai blessé des gens. Et c’est ça que je ne referai plus…»

Bonapartisme.

 Les dégâts politiques seront peut-être considérables, d’autant que la séquence, qui en ouvre résolument une autre, survient après une petite phrase – passée inaperçue – lors de ses vœux: «Les devoirs valent avant les droits.» Du Nicoléon dans le texte. Cinq ans après son élection, personne ne sait vraiment qui est Mac Macron, même pas lui. Il se nourrit des situations, des conjonctures, bien plus qu’il ne les crée. Il joue «entre», en télé-évangéliste, comme si sa visibilité médiatique était d’autant plus grande qu’est petite sa visibilité doctrinale.

Et pendant que nous nous agitons, le monde file. Et lui, l’accompagne sans état d’âme. De quoi est-il le nom? Celui de l’ubérisation de la société, prenant acte de l’explosion du travail en l’accélérant. Ce «modèle», il le met en œuvre et signe la fin de l’État providence. Mais pas la fin du bonapartisme… 

[BLOC-NOTES publié dans l'Humanité du 7 janvier 2022.]

Publié par Jean-Emmanuel Ducoin

 

Commenter cet article