Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Droits des femmes. Retour sur une année de mobilisations féministes

29 Décembre 2021, 08:59am

Publié par PCF Villepinte

L'Humanité Mercredi 29 Décembre 2021

Kareen Janselme

Une nouvelle loi sur l’inceste et le seuil de consentement, le 3919 sauvé, la PMA acquise pour toutes les femmes: 2021 a permis quelques avancées, mais, faute de volonté politique, le chemin est encore long pour obtenir l’égalité.

Livres chocs, manifestations et nouvelles lois: un tournant samorce dans la compréhension des rapports de domination et la prise en charge des violences sexistes et sexuelles. Mais les structures et les lois avancent moins vite que la société.

1. Convergence des luttes sexistes et sexuelles

L’année n’a pas débuté en douceur. Sous le mot-clé #MeTooInceste, sur les réseaux sociaux, l’avalanche de témoignages dénonçant un père, un oncle, une mère, un grand-père auteurs d’agressions ou de violences sexuelles aura sidéré dès les premiers jours de janvier. Et, toute l’année, de nouveaux scandales, de nouvelles paroles, de nouveaux aveux sont venus noircir nos journaux et la Toile. N’épargnant aucun secteur ni milieu, des collectifs naissaient chaque jour. «Nous nous sommes retrouvées un soir réunies par notre colère», raconte Céline Langlois, du collectif #MeTooThéâtre, né en octobre.

Derniers en date: #MeTooMédias et #MeTooPolitique, cristallisés autour des accusations dagressions sexuelles contre des hommes de pouvoir comme Nicolas Hulot et Patrick Poivre d’Arvor. Le 11 décembre, un collectif agrégeant #MusicToo, #MeTooMédias, #MeTooPolitique, #MeTooInceste, #MeTooVin, #PayeTonTournage, #MeTooGay et bien d’autres interpellait le président de la République, qui s’était vanté de faire de la lutte contre les violences sexuelles une grande cause nationale. Alors que cinq ans ont passé et qu’une nouvelle campagne présidentielle commence, les «#MeToo réunis interpellent les candidat.e.s et leur posent une simple question: quallez-vous faire pour que les hommes cessent de harceler, dagresser et de violer?».

Cette demande accompagnait déjà les marches du 20 novembre, organisées pour la troisième année par le collectif #NousToutes. «Des manifestations féministes dune ampleur inédite en France, joyeuses et déterminées», résumait la fondatrice du collectif Caroline De Haas, avant de tirer sa révérence, laissant la «main à une nouvelle génération». Sur les pancartes, partout en France, les militantes rappelaient que, chaque année, 220000 femmes sont victimes de violence, et que seules 18 % portent plainte. Et 73 % de ces démarches sont classées sans suite. À quatre mois des élections, les associations féministes attendent toujours des moyens, des propositions claires et engageantes des candidats.

2. Des outils obtenus grâce à la solidarité

«Les équipes du 3919 ont un savoir-faire précieux et une démarche militante à sauvegarder, car ce n’est pas un simple accueil administratif», insistait en début d’année Éric Bocquet, co-rapporteur pour la commission des Finances d’une analyse sévère des mesures mises en place par le gouvernement contre les violences conjugales. Le sénateur communiste, qui avait auditionné Solidarité femmes, l’association créatrice de la ligne d’écoute, s’inquiétait de voir son rôle évincé par un autre organisme à la suite d’un appel d’offres surprise de l’exécutif. Finalement, la mobilisation des associations féministes a payé. Le 3919 est toujours géré par les militantes de Solidarité femmes et 73 associations satellites. Et, depuis le 30 août, cette ligne est enfin disponible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Malgré cela, en 2021, Chahinez, 31 ans, était tuée par balles et immolée en pleine rue à Mérignac par son ex-mari. Stéphanie, 22 ans, était poignardée par son compagnon à Hayange. Comme Païta, Valérie, Bouchra, Irène… «1700 femmes actuellement bénéficient d’un téléphone grave danger, il faut changer de braquet et porter ce nombre à 5000, dès quil y a tentative dhomicide. On peut être très réactif et le téléphone peut être donné dans la journée même», réagissait en mai Ernestine Ronai, responsable de l’Observatoire des violences envers les femmes de Seine-Saint-Denis, à l’origine de ce dispositif préventif en France.

Le 9 juin, à la suite de deux rapports sur les féminicides, le gouvernement annonce le contrôle des acquisitions et détentions d’armes, la création d’un fichier des auteurs de violences conjugales, le renforcement du recours aux bracelets anti-rapprochement. Pourtant, cet automne encore, seuls 245 bracelets étaient activés. Les décisions sont lentes, les besoins immenses. Comme le dénonçait Anne-Cécile Mailfert, de la Fondation des femmes, en novembre: «Plus de 20000 femmes auraient besoin dun hébergement durgence pour pouvoir quitter leur domicile, mais les demandes ne sont pas pourvues pour plus dun tiers des femmes avec enfant et la moitié des femmes sans enfant.»

Le 22 décembre, le recensement du groupe Féminicides par compagnons ou ex comptait 110 femmes décédées durant l’année 2021. Un triste écho aux 111 noms de victimes de l’année précédente affichés dans les rues de Paris par le collectif Collages féminicides il y a moins d’un an.

3. Inceste: dun livre à la loi

Le livre choc, difficile mais nécessaire, la Famila grande de Camille Kouchner ouvrait une nouvelle séquence alors que s’ouvrait l’année 2021. L’autrice évoquait pour la première fois publiquement l’inceste sur son frère de son beau-père, Olivier Duhamel, politologue reconnu. Le 14 janvier retentissait un nouveau hashtag sur la Toile: #MeTooInceste . Des milliers de personnes racontaient leur histoire, souvent tue depuis des années. Le 21 avril, la loi visant à protéger les mineurs des crimes et délits sexuels créait de nouvelles infractions sexuelles, dont l’inceste. «Aucun adulte ne peut se prévaloir du consentement sexuel dun enfant sil a moins de 15 ans, ou moins de 18 ans en cas d’inceste.» Jusqu’ici, l’inceste était considéré comme une circonstance aggravante de viols, agressions sexuelles et atteintes sexuelles, et non un crime en soi.

Mais ce n’est qu’un début. Après deux ans et demi de travaux, la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église rendait à son tour un document accablant le 5 octobre 2021. Le rapport Sauvé dénombrait 330000victimes de linstitution religieuse depuis soixante-dix ans. La commission effectuait 22 signalements à la justice. De son côté, la Commission sur l’inceste et les violences sexuelles faites aux enfants (Ciivise) entamait un tour de France pour recueillir la parole.

 «En réalité, les enfants ont toujours parlé, assure le juge Durand, pilote de la Ciivise, mais ils n’ont pas été écoutés, compris, respectés. Aujourd’hui, leur parole nous oblige.» Sa mission doit se poursuivre jusqu’en 2023, mais, contre toute attente, la commission a déjà émis des recommandations, comme la suspension de l’autorité parentale de la personne poursuivie, son retrait systématique en cas de condamnation et la levée des poursuites pénales du parent protecteur pour «non-représentation denfant» lors dune ouverture denquête à lencontre de lautre parent pour inceste.

4. Mon corps, mon choix, ma PMA

L’histoire est à rebondissements et la loi enfin acquise. Promise en 2016 par le candidat François Hollande, puis par Emmanuel Macron en 2017, il a fallu attendre le 2 août 2021 pour que la loi relative à la bioéthique élargisse la procréation médicalement assistée aux couples de femmes et aux femmes célibataires. Un nouveau mode de filiation est mis en place pour les enfants nés par PMA d’un couple lesbien. C’était aussi l’une des revendications phares de la marche lesbienne qui a réuni 10000 personnes à Paris le 25 avril, du jamais-vu depuis les années 1980.

Un mois auparavant, le congé second parent (pour le père et désormais la deuxième mère) était allongé de quatorze à vingt-huit jours. Mais pour l’instant seule la première semaine peut être imposée à l’employeur et l’ensemble doit être pris dans les six premiers mois de la naissance. De fait, les plus précaires restent privés de ce droit, car, si 80 % des seconds parents en CDI et 9 fonctionnaires sur 10 prennent leur congé parental, les contractuels le déclenchent une fois sur deux. Quant aux demandeurs d’emploi, seuls 13 % se le permettent. Cet allongement n’est qu’une «demi-mesure» pour le collectif PAF (Pour une parentalité féministe), qui revendique «un congé paternité du second parent égal à celui du congé maternité» pour rétablir l’équilibre des tâches parentales et domestiques au sein du couple.

À nouveau le gouvernement s’est arrêté à la moitié du chemin concernant la contraception. Au 1er janvier 2022, elle sera gratuite jusqu’à 25 ans, et non plus seulement jusqu’à 18 ans. Mais «pourquoi pas de remboursement des patchs et des anneaux, deux dispositifs hormonaux qui ne sont pas remboursés par lassurance-maladie?» interroge le Planning familial, qui s’inquiète que cela entraîne un nouveau frein à leur accès.

5. Vers l’égalité économique et professionnelle?

Emmanuel Macron évoquait l’égalité professionnelle comme prioritaire en début d’exercice… Il ne restait plus que quelques mois pour agir. La timide proposition de loi pour «une égalité économique et professionnelle réelle» a été définitivement adoptée le 16 décembre. Elle impose un quota dau moins 30 % de femmes en 2027 parmi les cadres dirigeants dans les entreprises dau moins 1000 salariés. Les établissements supérieurs devront calculer un «index de l’égalité» à limage de celui rendu obligatoire aux entreprises, quand les jurys dadmission aux grandes écoles devront être plus mixtes.

Pour prévenir les violences économiques au sein du couple, la loi prévoit l’obligation de verser le salaire et les prestations sociales individuelles sur un compte bancaire dont le salarié est le détenteur ou le codétenteur. Les familles monoparentales seront favorisées pour obtenir une place en crèche.

Pour Laurence Cohen, sénatrice du groupe CRCE, qui s’est abstenu de voter, le titre de la loi est «trompeur» et peu ambitieux: «Les entreprises de moins de dix salariés représentent 96 % du nombre total; celles de plus de mille salariés moins de 1 %.» La sénatrice ne soutient pas cette loi muette sur la place des hauts cadres femmes dans la fonction publique, son index égalité flou… «Ce texte est un tout petit pas, principalement au profit des classes très favorisées, à limage de ce quinquennat» a-t-elle expliqué devant les parlementaires.

Un constat que confirme le refus de déconjugaliser l’allocation aux adultes handicapés une nouvelle fois cette année. Pourtant, 34 % des femmes en situation de handicap sont victimes chaque année de violence de la part de leur conjoint. Mais en continuant d’intégrer le revenu du compagnon dans le calcul de l’allocation, le gouvernement choisit d’exposer davantage ces personnes à une dépendance et une vulnérabilité économiques. Malgré la pandémie, malgré les odes aux premières de corvée, l’année 2021 n’a pas été propice à des mesures plus égalitaires pour les précaires.

Malgré les déconvenues, sans relâche, les femmes sont mobilisées, unies et solidaires pour obtenir, de haute lutte, quelques conquêtes.

 

Commenter cet article