Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Ce qu'il faut retenir de l'interview d'Emmanuel Macron

16 Décembre 2021, 08:11am

Publié par PCF Villepinte

L'Humanité Mercredi 15 Décembre 2021

Julia Hamlaoui Florent LE DU

Le président de la République, interrogé mercredi soir sur TF1, a défendu "quoi qu'il en coûte" son bilan pour mieux préparer sa candidature. Tour d'horizon.

Comment, quand on n’est pas encore candidat, occuper la scène de la campagne présidentielle ? En la matière, Emmanuel Macron ne manque pas de ressources.

Après une conférence de presse fleuve sur l’Europe la semaine dernière,  une allocution depuis l’Elysée en novembre essentiellement consacrée à ses projets de réformes, et la multiplication des visites dans « la France des territoires », le président de la République s’est invité pendant près de deux heures sur TF1 ce mercredi 15 décembre. De quoi susciter l’ire de ses adversaires, candidats déclarés pour 2022, dont plusieurs - de Fabien Roussel (PCF) à Valérie Pécresse (LR)  en passant par Yannick Jadot (EELV) ou Jean-Luc Mélenchon (FI) - ont saisi le CSA. Certains exigeant que TF1 consacre une telle émission à tous les prétendants à l’Elysée. 

Et ils ne s’y étaient pas trompés. Sur le plateau, le chef de l’Etat a pris le temps de vanter son bilan pour mieux promouvoir sa candidature, tentant, jusqu’à manier le pathos parfois,  de rompre avec son image méritée de président des riches. «Si la question c'est ''est-ce que vous avez de l'ambition pour le pays au-delà du mois d'avril prochain ?''. Mais bien sûr, d'évidence»a-t-il répondu interrogé sur son souhait de se présenter à un nouveau mandat, tout en réaffirmant son statut de président « dans un moment où il y a beaucoup d'agitation, de ressentiment, des décisions difficiles (à prendre) pour passer le cap de la cinquième vague"»

Satisfecit sur la gestion de la crise du Covid

La première partie de l’émission, intitulée « Où va la France ?», a été consacrée à la gestion de crise sanitaire. Avant de passer au satisfecit, Emmanuel Macron a rappelé les « trois piliers » de la stratégie de l’exécutif : vaccination, renforcement des gestes barrières, et passe sanitaire. Pas de nouvelles annonces pour autant, la vaccination des enfants étant laissée à l’appréciation des parents. 

« Je pense que c’est souhaitable mais c’est le choix des parents. Les enfants ont le virus, ils tournent très vite chez les enfants qui ont rarement des formes graves, même si ces dernières semaines des dizaines » de ces cas ont été recensés, a-t-il tout de même  prévenu. Au-delà de la 3e dose et des suivantes - pour lesquelles il a promis que tout serait fait pour en garantir l’accès-, le chef de l’Etat a également préparé les esprits à une autre forme de rappel : face à des « variants (qui) parfois peuvent résister un peu mieux »« il est vraisemblable qu’on aille » vers «  un autre type de rappel qui s’ (y) adapte »

Mais c’est davantage en regardant dans le rétroviseur qu'Emmanuel Macron a dressé un bilan flatteur. « Nous étions conscients que ce virus était redoutable. La ministre de la Santé nous avait alerté en étant plus alarmiste que l'OMS », a-t-il commencé alors même que Agnès Buzyn déclarait fin janvier 2020 que « le risque d'importation (du virus) depuis Wuhan est pratiquement nul » et que « le risque de propagation est très faible ». Et qu’elle mènera par la suite campagne pour les élections municipales dont le deuxième tour a été annulé en catastrophe.

 Alors qu'état d’urgence conférant de nombreux pouvoirs à l’exécutif et conseils de défense se sont succédés, il a insisté à plusieurs reprises sur les débats au parlement – « je défie quiconque de montrer une démocratie qui a fonctionné aussi intensément que la démocratie française», a-t-il martelé - se gardant de préciser que le confinement, par exemple, n’en avait pas fait l’objet.  Et d’ajouter, interrogé sur les privations de liberté : « je préfère le terme de société de vigilance ou de responsabilité que société de contrôle ». 

Rien à redire, ou presque, non plus sur la gestion des masques qui ont fait défaut au début de la crise. « C’est facile de gagner le tiercé avec le résultat des courses », a-t-il défendu tout en reconnaissant que « nous nous sommes retrouvés démunis ». Une situation dont il a renvoyé la responsabilité aux équipes de gestion sanitaire antérieures et à la mondialisation – avec laquelle, bien sûr, il ne s’agit pas de rompre. 

Quant à l’hôpital au bord de l’asphyxie : « La situation de l'hôpital ne date pas de cette crise. En 2018, je mets fin à 15 années de déflation pour former plus de médecins et repartir en réinvestissant. Je le fais en 2018, sans doute, trop peu, au regard de la crise », a justifié le président, renvoyant aux Ségur pour ce qui est des rémunérations et à sa volonté de s'attaquer à un « hôpital qui s’est bureaucratisé » pour le reste.  Les soignants en manque criant de personnel apprécieront, puisque la clé semble résider pour l’hôte de l’Elysée dans « une organisation plus souple »

Le président des riches tente de se défaire de l’étiquette

Emmanuel Macron s’est également saisi de l'occasion pour tenter de muer en président compatissant et empathique. « Cette crise m'a fait toucher plus directement les inégalités insupportables qui peuvent exister. J'ai vécu des moments très marquants pour moi auprès de nos compatriotes », livre-t-il. La caméra passe alors en gros plan (ne manquait plus que les violons) le temps de deux anecdotes : l’une avec un maire de Seine-Saint-Denis lui disant que si les enfants n'allaient pas à l'école, ils ne mangeaient pas, et l’autre auprès des infirmières de Mulhouse qui n’en pouvaient plus. Le tout pour mieux mettre en scène les décisions de réouverture des écoles et du Ségur.

« Je n'ai jamais été ça (le président des riches). Je sais d'où je viens (citant ses parents médecins hospitaliers et une grand-mère enseignante, NDLR). Mes valeurs ne sont pas celles d'un président des riches », a-t-il également affirmé, aidé par des journalistes lui demandant s’il avait finalement été plus « socialiste que libéral ». Et d'entonner, à l'appui de la démonstration, le refrain que ses lieutenants scandent depuis des semaines : « Nous avons aujourd'hui un taux de chômage qui est le plus bas depuis quinze ans ».

Omettant de préciser que les radiés de la réforme de l'assurance chômage comme les contrats précaires n'y sont pas pour rien. Quant à ses sorties sur le « pognon de dingue »« les gens qui ne sont rien » ou le fait de trouver un boulot en « traversant la rue », « je suis arrivé avec une volonté de bousculer, mais je ne mesurais pas suffisamment deux choses : nous sommes dans une société de la décontextualisation (...) Ensuite, il y a des mots qui peuvent blesser », a-t-il plaidé. 

 Sa politique elle ne ment pas et c’est bien au service des classes aisées qu’il l’a menée.  

Emmanuel Macron n’a cessé de s’en défendre, allant jusqu’à contester les chiffres donnés par ses intervieweurs démontrant une baisse du pouvoir d’achat pour les plus pauvres. Outre des réductions d’impôts, qui n’ont que peu concerné les Français les plus précaires, le président de la République n’a, pour justifier son action auprès « des plus modestes », mis en avant que deux mesures. L’augmentation du minimum vieillesse et celle de l’Allocation adulte handicapé, « de 100 € pour ateindre 900 € par mois » - alors même qu’il promettait en 2017 qu’elle passerait « au-dessus du seuil de pauvreté », aujourd’hui supérieur à 1000 € par mois.

La désindustrialisation ? La faute aux impôts

Se targuant de « très bons résultats économiques », Emmanuel Macron s’est aussi félicité de la casse sociale qu’il orchestre, avec deux réformes emblématiques. Celle de l’assurance-chômage d’abord : « Une réforme qui n’a pas été faite depuis plus de 15 ans qui fait que le travail est plus incitatif. Et on dit il ne faut plus travailler quatre mois mais six mois dans l’année, ce qui change quand même pour beaucoup de monde », a-t-il expliqué au mépris de la réalité de l’emploi et surtout de ceux qui ont perdu leurs allocations.

Quant à la réforme, inachevée, des retraites, le chef de l’État y tient, mais souhaite un nouveau texte, qui repousserait l’âge de départ  : « Il est maintenant clair, tous les rapports objectifs le montrent, qu’il faudra travailler plus longtemps. » S’il dit s’être rendu compte, depuis le printemps 2020 et la suspension de la réforme « qu’on doit adapter ce temps de vie au travail, en fonction des difficultés de certaines tâches », la suppression des régimes spéciaux n’est pas remise en cause.

« On doit produire plus », a conclu Emmanuel Macron, avant d’insister sur son modèle économique : « On n’a pas de grandes nations sans des gens qui investissent dans les entreprises. » Le président de la République a ainsi défendu la suppression de l’impôt sur la fortune : « Nos compatriotes les plus aisés partaient, allaient investir ailleurs, c’est pour cela que notre pays s’est désindustrialisé ». Absolument pas du fait d’un libéralisme rampant dont il a dressé les louanges mercredi soir.

La suppression de l’ISF a d’ailleurs été au cœur d’une des périodes les plus importantes du mandat d’Emmanuel Macron : la mobilisation des Gilets jaunes – qualifiée de « crise » sur le plateau de TF1. Avant de finalement reconnaître une « France qui se sent invisible », le président de la République a d’abord abordé ce sujet uniquement sous le prisme des « violences » commises par certains Gilets jaunes, comme à l’Arc-de-triomphe et au Puy-en-Velay.

« Nous avons vécu un moment où la violence est revenue dans la rue, où la violence a été légitimée. J’ai vu les esprits se dissoudre. Une espèce de désagrégation des valeurs. La violence est là parce qu’il y a du ressentiment, des peurs, que les réseaux sociaux l’ont désinhibée », a-t-il déclaré sans jamais prendre sa part de responsabilité dans cette situation. Une violence que beaucoup de manifestants ont également subie, « parce qu’ils se sont exposés », a estimé Emmanuel Macron.

Sur la sécurité, justement, le chef de l’État a cherché à se départir des accusations de « laxisme » venus de sa droite, en évoquant « plus de policiers qu’il y en avait au début de mon quinquennat ». Des forces de police qui ont par ailleurs été « formées » sur la prise en charge des femmes victimes de violences, « une des priorités de mon quinquennat », sur laquelle il a peiné à afficher de réelles évolutions. Quant à l’affaire Nicolas Hulot, qui en 2018, alors ministre, avait déjà fait l’objet d’accusations de violences sexuelles, Emmanuel Macron a justifié le soutien qu’il lui avait alors apporté : « Il a nié avec beaucoup de forces. Il n’y avait aucune procédure judiciaire en cours. Donc il est resté ministre, quel était l’autre choix que nous aurions pu faire ? »

Les dernières minutes de ce long entretien accordé à TF1 ont été consacrées aux questions de l’immigration – qu’il veut « choisie » - et de l’islam. « Il y a au sein même de la société des femmes et des hommes qui ont appris qu’il fallait haïr cette république et que leur avenir était dans l’obscurantisme. Nous avons mis en place une série d’actions très concrètes. Des contrôles des associations, des mosquées, des écoles. Il faut convertir les esprits, c’est un combat culturel, civilisationnel », a développé Emmanuel Macron, tout en insistant sur la nécessité d’ « éviter à tout prix l’amalgame entre ce projet de division, et l’islam »« Il faut qu’ils puissent vivre dignement et calmement dans notre société », a-t-il ajouté, alors même que certains de ses discours et déclarations de ses ministres, notamment en marge de la loi sur les séparatismes, à l’automne 2020, ont parfois attisé le sentiment de stigmatisation de nombreux musulmans.

Emmanuel Macron a ensuite conclu ses deux heures d’entretien sans annoncer sa candidature à la prochaine présidentielle. Même si cet exercice d’autosatisfecit a démontré que la campagne pour sa réélection avait bien commencé.

 

Commenter cet article