Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Tour de France 2021. Pogacar, retour à la case suspicion

5 Juillet 2021, 07:49am

Publié par PCF Villepinte

Une traversée des Alpes embrumées, avec cinq ascensions répertoriées. Stéphane Mahe/Reuters

Lundi 5 Juillet 2021

Jean-Emmanuel Ducoin

Dans la neuvième étape, entre Cluses et Tignes (144,9 km), victoire en solitaire de l’Australien Ben O’Connor (AG2R-Citroën). Depuis le coup de force du maillot jaune Tadej Pogacar, samedi, le sillon du doute creuse de nouveau un chemin béant. Hier, il en a remis une couche.

Tignes (Haute-Savoie), envoyé spécial.

Entre pluie incessante, températures automnales (7degrés) et climat de plomb, le Tour poursuivait donc sa traversée des Alpes embrumées, tandis que certains voyaient sagiter des pantins hideux à lhorizon du monde où roulait encore un soleil noir. Partout, les mélèzes voûtés par le poids de l’humidité tiraient vers le bas leurs épines courbées, quand bien même nos forçats de Juillet devraient projeter leurs bécanes par-delà quelques à-pics terrifiants. Cette neuvième étape, entre Cluses et Tignes (144,9 km), ne promettait aucun calme mais bien une nouvelle tempête des cimes sous les crânes.

Tout rincé, le chronicœur dut admettre la vérité: pas facile de dormir contre les hurlements du ciel qui soulèvent peu à peu les haillons hideux de lHistoire. Nous partîmes dailleurs sans deux des principaux acteurs du cyclisme contemporain, Primoz Roglic et Mathieu Van der Poel, qui se retirèrent au petit matin. Le premier, défait et tout cabossé, traînait sa peine sans espoir de rédemption. Le second, héros de la première semaine mais déchu samedi de son paletot en or par un extraterrestre de 22 ans, préféra abandonner afin de préparer les JO et rêver d’un autre or. Arrimés comme on le pouvait à la roche environnante, nous songions déjà à la suite, non sans repenser au Slovène Tadej Pogacar, qui, la veille, doucha la concurrence et frappa les esprits en irritant nos intelligences.

Les souvenirs crépusculaires d’une course à deux vitesses

Allait-il réitérer sa stupéfiante performance, sur un profil propice à son imagination – sans bornes –, avec cinq ascensions répertoriées, dont le redoutable col du Pré (12,6 km à 7,7%, HC), puis linterminable montée vers Tignes (21 km à 5,6%, 1re cat., 2107 m)? Nous nen étions pas là, à nous demander mille fois si le tenant du titre avait tué tout suspense, mais bien à ressasser quelques questions spectrales.

Nous ne fûmes pas les seuls à tracer à grandes expirations le sillon du doute. Bien qu’il ait tenté de laver plus blanc que blanc, le vélo continue d’avancer masqué sous les souvenirs crépusculaires d’une course à deux vitesses. Retour à la case suspicion. «On peut se poser la question dune telle domination, mais je nai pas de réponse», commenta par exemple Julien Jurdie, directeur sportif dAG2R-Citroën. «On va dire que je serai prudent, très prudent», déclara Jean-René Bernaudeau, manager de TotalEnergies. Et Jurdie d’ajouter: «Je ne peux pas vous dire que tout va mal ou que tout va bien. Est-ce que je mettrais ma main au feu? Non, je tiens à ma main.» Une autre membre dun staff français prévenait: «Il ny a aucune preuve. Mais nous savons que les formations étrangères ne sont pas soumises aux mêmes règles. Nous constatons les dégâts.»

Un respect mystérieux pour les non-dits domine toujours

Le dominant excite les mots, d’autant que tous les schémas habituels, quand nous voyions de grosses armadas contrôler les étapes à leur guise, ont volé en éclats. Comme l’an passé, Pogacar n’éprouve aucun besoin d’être épaulé par ses équipiers pour atomiser et creuser des écarts stratosphériques, comme il le montra à maintes reprises depuis le début de sa carrière. Son équipe reste pourtant soumise aux regards en biais. Souvenons-nous, avec la lucidité requise, que le patron de l’UAE Team Emirates s’appelle Mauro Gianetti, dont le pedigree laisse songeur.

Ex-coureur à la réputation sulfureuse, il était jadis à la tête de Saunier Duval quand son leader, Riccardo Ricco, fut contrôlé positif à l’EPO et exclu avec tout son groupe du Tour 2008. Rappelons-nous aussi que le directeur sportif d’UAE, le Slovène Andrej Hauptman, dut renoncer à prendre le départ du Tour 2000 en raison d’un taux d’hématocrite trop élevé. Des témoins à charge. Ce passé renvoie-t-il nos commentaires à leur dérisoire nullité ou jette-t-il sur le présent un discrédit navrant?

Dans ce grand bric-à-brac de misère perpétuelle, où se distillent les pires événements supposés, un respect mystérieux pour les non-dits domine toujours. Mais nous ne sommes plus dix, vingt ans en arrière. Cédric Vasseur, manager des Cofidis, insista au passage sur un anachronisme qui confinait à la schizophrénie: «La faiblesse de Pogacar, cest son équipe. Elle na en rien la force des Sky ou des Ineos des dernières années.» Rajoutons une interrogation à ce sombre panorama: comment qualifier la surpuissance de l’équipe Bahrain, qui truste les victoires depuis Brest, sans parler du dernier Dauphiné ou du Giro?

Visages fantomatiques et corps frigorifiés

Le cyclisme en tant que croyance a disparu, Dieu merci… Nous en étions là, cette fois, quand le maillot jaune dévora la pente vers Tignes – et ses pseudo-dauphins. Depuis le départ, de nombreux échappés (Quintana, Poels, Woods, O’Connor, Hamilton, Higuita...) avaient secoué un peloton supplicié par des conditions dantesques, duquel disparut Wout Van Aert.

Il y eut des visages fantomatiques, des corps frigorifiés, des abandons (Peters, Merlier et De Buyst), des chutes et un valeureux vainqueur parmi les fuyards: lAustralien Ben OConnor (AG2R-Citroën), qui fut un temps paré du jaune virtuel, réalisant un splendide rapproché au général (2e). Pas d’inquiétude pour Pogacar, qui se joua des Ineos. Richard Carapaz plaça une attaque… et le Slovène s’envola, fustigeant d’un regard ses suivants, avant de filer. Deuxième coup de massue aux sommets. À quoi bon? Le chronicœur espéra juste qu’il n’aurait pas, tôt ou tard, à imaginer que le Tour donnait à voir un spectacle inopiné et inachevé, livré à des murmures clos trahis par les circonstances.

Tour de France 2021

 

Commenter cet article