Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

#Occupons. Robin Renucci : « Ce mouvement est une piste d’envol pour s’approprier l’avenir »

10 Avril 2021, 07:33am

Publié par PCF Villepinte

Aux Tréteaux, Robin Renucci et son équipe travaillent sur des dispositifs de représentations en plein air sur les îles de loisirs d’Île-de-France pour l’été prochain. © Nicolas Cleuet

L'Humanité Samedi 10 Avril 2021

Marie-José Sirach

«La mobilisation des théâtres nous concerne tous», rappelle Robin Renucci. Pour le directeur des Tréteaux de France et professeur au Conservatoire, la fermeture des lieux de culture est un «immense gâchis et une erreur impardonnable».

Toujours à pied d’œuvre, cet ardent militant dune scène populaire exigeante invite durgence à placer le public et la jeunesse au cœur des enjeux. 

Depuis le 4 mars, plus de 90 théâtres, centres dramatiques nationaux (CDN), scènes nationales sont occupés par des intermittents du spectacle et de l’emploi.

Voilà plus d’un an que théâtres, cinémas, musées sont fermés, privant de travail des dizaines de milliers d’artistes et techniciens, mais aussi tous ces métiers liés d’une manière ou d’une autre à ce secteur-là, tout aussi précaires que les premiers mais sans aucune protection. Les théâtres fermés sont désormais ouverts à tous ceux-là comme aux élèves des écoles d’art, futurs artistes ou décorateurs ou éclairagistes qui ont massivement rejoint le mouvement.

Depuis le 4 mars, le gouvernement reste sourd à toutes leurs revendications. Une attitude qui provoque incompréhension et colère. Leur mobilisation nous concerne tous. C’est quoi un monde sans ces fenêtres ouvertes sur l’imaginaire, la prise de conscience, la liberté, la parole, la pensée que représentent les théâtres, les musées?

Une année a passé depuis la fermeture des théâtres. Comment vous et l’équipe des Tréteaux de France avez-vous traversé cette période?

ROBIN RENUCCI Notre travail est quotidien et intense. L’ensemble des actions que nous menons, je ne parle pas des représentations avec le public, qui ont été altérées, mais bien de toutes les petites formes, les ateliers dans les collèges, les lycées, en banlieue, dans les villages, nous en avons maintenues.

C’est un travail énorme, mais cela fait partie de notre mission de théâtre public de mener de front les actions artistique et culturelle. Cela représente beaucoup d’investissement et nous l’avons poursuivi avec enthousiasme et détermination.

Icon QuoteCe sont mes élèves qui occupent les théâtres. J’y vois un signe d’espoir. C’est une jeunesse qui démontre sa capacité à se retrouver, s’organiser.

Depuis le 4 mars, plus de 90 théâtres sont occupés. Le président de l’Association des centres dramatiques nationaux (ACDN) que vous êtes soutient ce mouvement. Au-delà des revendications pour la prolongation de l’année blanche (1) et pour l’annulation de la réforme de l’assurance-chômage, de quoi ce mouvement est-il, pourrait-il être le nom?

ROBIN RENUCCI C’est un printemps de la jeunesse. Je suis professeur au Conservatoire, ce sont mes élèves qui occupent les théâtres. J’y vois un signe d’espoir. C’est une jeunesse qui démontre sa capacité à se retrouver, s’organiser. Ce mouvement est une piste d’envol pour s’approprier l’avenir.

 

Commenter cet article