Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Un an ferme : Nicolas Sarkozy, simple délinquant

2 Mars 2021, 07:03am

Publié par PCF Villepinte

L'Humanité Mardi 2 Mars 2021

Cyprien Caddeo

L’ex-président, qui, jusqu’ici, pouvait encore nourrir quelque appétit pour 2022, est condamné en première instance à trois ans de prison, dont un ferme, pour corruption dans l’affaire Paul Bismuth. Historique.

« Vous pouvez vous rasseoir» Christine Mée vient d'annoncer une condamnation historique. S’en rend-elle compte? Sans doute. Le ton de la juge reste neutre, de cette monotonie procédurale propre aux tribunaux. Mais quelques hésitations trahissent l’électricité du moment.

Pour cause: trois ans de prison, dont un ferme, ont été prononcés contre lancien président Nicolas Sarkozy dans laffaire Paul Bismuth. Au verdict, lex-homme fort de la droite retombe sur sa chaise, stoïque mais cueilli à froid. Celui qui n’a eu de cesse de s’afficher en guerrier déterminé à être lavé de «toutes ces infamies» rentre dans les annales judiciaires françaises en tant que premier président de la République condamné, en première instance et à une peine ferme, pour des faits de corruption et de trafic d’influence.

Lire aussi : Procès de l'affaire Bismuth. Nicolas Sarkozy : «Je veux être lavé de cette infamie»

«Corruption active par particulier sur magistrat», pour être précis. Nicolas Sarkozy est reconnu coupable davoir essayé dinfluencer, par lintermédiaire de son avocat et ami de trente ans Thierry Herzog, le magistrat à la Cour de cassation Gilbert Azibert, afin d’obtenir des informations judiciaires le concernant.

Le trio s’est livré à un «pacte de corruption», estime le tribunal, qui a prononcé les mêmes peines – trois ans, dont deux assortis d’un sursis – contre MM. Azibert et Herzog, également condamnés pour violation et recel du secret professionnel. Thierry Herzog, avocat pénaliste, est également frappé d’une interdiction d’exercer pour les cinq prochaines années. Les trois ont annoncé faire appel.

«Dévoiement de l’État de droit»

À noter que les peines prononcées, si elles venaient à être confirmées, pourraient s’effectuer sous le régime de la détention à domicile, avec un bracelet de surveillance électronique, au titre de l’aménagement des peines. Aménagement des peines que Nicolas Sarkozy, lorsqu’il était candidat à la primaire LR de 2016, souhaitait supprimer pour les condamnations de plus de six mois. Il y a des jours où on doit s’estimer heureux de ne pas avoir gagné une élection.

Le tribunal a justifié «cette réponse pénale ferme» en évoquant «la particulière gravité» des faits et «le dévoiement de l’État de droit»«Les délits dont les prévenus ont été déclarés coupables ont porté gravement atteinte à la confiance publique...

 

Commenter cet article