Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Cantines scolaires : ces villes où bien manger ne compte pas pour du beurre

27 Mars 2021, 12:50pm

Publié par PCF Villepinte

Selon une étude de l’Anses, 32 % des enfants dont les parents ont un faible niveau d’études ne vont jamais à la cantine contre 12 % des enfants dont les parents ont bac + 4. © Thierry Pasquet/Signature

L'Humanité Samedi 27 Mars 2021

Naïm Sakhi

Lieu de plaisirs gustatifs, d’éducation à l’alimentation saine et durable, amortisseurs d’inégalités sociales... les cantines pourraient être tout cela. Et le sont parfois déjà – ou y tendent – sous l’impulsion de municipalités engagées, conscientes, aussi, qu’une part de notre avenir s’y joue. Montreuil, Poitiers, Rive-de-Gier, Neulliac... Petit tour de table, loin des polémiques stériles.

L'HEURE DE BIEN MANGER A SONNÉ !

Au menu de notre dossier :

« Éduquer à l’alimentation se fait aussi en classe » : entretien avec Élise Besnier, diététicienne-nutritionniste

Servir de la viande bio et locale à l'école, c'est possible... grâce aux menus végétariens ! Les explications de Laure Ducos (Greenpeace)

Agriculture. Revenus indécents, aides dérisoires, concurrence... Comment les petits éleveurs ont été abandonnés en rase campagne

Quelle salade! Le choix de la municipalité lyonnaise de bannir temporairement des restaurants scolaires la viande, le temps du protocole sanitaire, a tenu en haleine le débat politico-médiatique toute une semaine. «De nombreux enfants nont souvent que la cantine pour manger de la viande Idéologie scandaleuse», sest offusqué le ministre de lIntérieur, Gérald Darmanin.

Pourtant, loin des idées reçues, les carences alimentaires ne concernent pas tant la viande que les légumes. Selon une étude de 2017 de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses), plus le niveau d’études des parents est élevé, plus la consommation de viande est faible. À l’inverse, les légumes ne représentent que 42 g par jour pour un enfant d’ouvrier contre 66 g pour les enfants de cadre. Face aux inégalités, l’accès à une alimentation saine est devenu central dans nos écoles.

20 % de bio d’ici à 2022

Et les communes sont de plus en plus mises à contribution sur la qualité de l’alimentation des enfants. La loi Egalim, par exemple, oblige les cantines scolaires à proposer, entre autres, 50 % de produits de qualité et durables (dont 20 % bio) d’ici à 2022. «On essaie de progresser sur ce sujet», assure le maire de Rive-de-Gier (42), Vincent Bony (PCF). À la tête de la commune ligérienne de 15000 habitants depuis juin 2020, il en a fait une priorité: le budget de la municipalité consacré à la restauration collective a bondi de 50 %.

«Les enjeux de la transition alimentaire se jouent dans les villes », affirme, de son côté, le maire communiste de Montreuil (93), Patrice Bessac.« Nous sommes à 70 % 70 % de composants bio, 100 % de viande française à label, et les poissons sont issus de la pêche durable. » …

Commenter cet article