Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

17 mars 1871, Thiers fait arrêter Blanqui

17 Mars 2021, 07:24am

Publié par PCF Villepinte

L'Humanité Mercredi 17 Mars 2021

Il y a 150 ans. 

Mathématicienne et écrivaine, Michèle Audin est aussi passionnée par l'histoire et tient un blog sur la Commune de Paris. Nous vous proposons de retrouver quotidiennement sur le site de l'Humanité, jusqu'au 1er juin, sa chronique "Il y a 150 ans". Au jour le jour donc, Michèle Audin va nous raconter les événements de ces mois de mars, avril et mai 1871. Les plus curieux pourront découvrir que cet éphéméride communard a débuté le 7 mai 2020 avec l'article : 8 mai 1870, le dernier plébiscite bonapartiste

Michèle Audin est l'autrice de cinq ouvrages sur le sujet, parus de 2017 à 2021. Deux fictions aux éditions Gallimard, Comme une rivière bleue (2017) et Josée Meunier, 19 rue des Juifs (2021), ainsi que trois livres historiques chez Libertalia. Le dernier La Semaine sanglante. Mai 1871. Légendes et comptes propose un nouveau décompte des morts de la Semaine sanglante, allant jusqu'à « certainement 15 000 morts ». Michèle Audin est également  cooptée à l'Oulipo (L'Ouvroir de littérature potentielle) depuis 2009.

Auguste Blanqui a quitté Paris après son « dernier mot » du 12 février. Après Bordeaux (voir notre article du 19 février) où il n’est pas resté, il s’est rendu à Loulié avec sa sœur Mme Barellier, dans la propriété du docteur Lacambre, gendre de celle-ci (nous avons déjà rencontré ce médecin, journaliste, chef de bataillon, neveu et blanquiste dans plusieurs articles de l’automne dernier).

Entre temps, il a été condamné à mort.

Dans son livre L’Enfermé, Gustave Geffroy écrit (les citations sont en italique):

Ceux qui, comme Ranc, l’ont vu à cette époque, non élu député par Paris, condamné à mort par le tribunal militaire, le trouvèrent tout entier à l’idée fixe, ne songeant qu’à la France défaite, à l’Allemagne victorieuse. Cela, pour lui, engageait tout l’avenir, frappait d’avance de stérilité toute insurrection.

Je ne suis pas certaine que Ranc ait vu Blanqui après sa condamnation le 10 mars, mais n’ai pas de doute sur le reste de cette assertion. Geffroy écrit encore:

Puis, la fatigue s’ajoutait chez lui à la douleur, la maladie s’emparait du délicat organisme, de la volonté si résistante pendant les mois du siège. Il voulut un asile, un repos, une solitude où se reprendre. Dans les premiers jours de mars, il part pour Loulié, près de Bretenoux, dans le Lot, vers la maison du docteur Lacambre, qui avait épousé sa nièce. Ceux-ci quittaient leur logis, pour un voyage en Espagne, au jour de l’arrivée de Blanqui: il resta seul avec sa sœur, Mme Barellier. Il avait grand besoin de ses soins, s’alita immédiatement, atteint d’une bronchite aiguë.

Malheureusement, sa présence à Loulié n’était pas passée inaperçue, écrit Dommanget,

depuis que nuitamment avec trois amis, il avait passé la Dordogne en barque, éveillant ainsi les soupçons du batelier, les cancans locaux et l’attention de la gendarmerie voisine de Bretenoux.

Et il ajoute:

On savait aussi que Blanqui correspondait avec les membres les plus actifs du Comité Central de la garde nationale qui commençait à prendre figure de puissance sous l’influence commune des Internationaux et des blanquistes.

Je ne suis pas convaincue que cette influence était si importante… Mais cette correspondance est certainement à l’origine de l’affiche que nous avons vue sur les murs de Montmartre dans notre article du 15 mars et dont parle ensuite Dommanget:

Enfin l’affiche que Blanqui venait de faire placarder à Paris pour protester contre sa condamnation à mort prouvait surabondamment qu’il importait de mettre à l’ombre un dangereux adversaire. À bien des égards, au demeurant, l’appel de Thiers aux « habitants de Paris » affiché dans la nuit du 17 au 18 mars, apparaît comme une riposte et à l’influence grandissante du Comité Central et à la protestation de Blanqui placardée sous forme d’affiche sur les murs de Montmartre.

L’appel de Thiers en question est l’affiche que j’ai utilisée comme couverture de cet article (et qui se trouve ci-dessous, où vous pourrez cliquer sur l’image pour l’agrandir). Mais avant cet affichage, Thiers s’est occupé de faire arrêter Blanqui — la sentence de mort permettrait de s’en débarrasser. Je cite toujours Dommanget:

Sur télégramme du Garde des Sceaux Dufaure, le procureur de la République de Figeac, Célestin Prunières, reçut le 16 mars l’ordre d’arrêter le « Vieux » qu’on surveillait déjà étroitement.

La chose fut exécutée le 17 mars, date que l’histoire doit enregistrer avec soin, car c’est le même jour que Thiers donna l’ordre de désarmer les Parisiens ce qui, on le sait, déclencha la Commune. On est donc en droit de se demander si avant de donner un pareil ordre qu’il savait devoir entraîner de terribles conséquences, le chef du pouvoir exécutif ne voulait pas s’assurer de la personne de Blanqui.

Gustave Geffroy termine la partie « Le siège de Paris » de son livre ainsi:

C’est au lit, dans l’après-midi du 17 mars, qu’il fut arrêté par les soins du procureur de Figeac, sur l’ordre du gouvernement. Il allait définitivement recevoir le salaire de la haute intelligence et des purs sentiments qu’il prouva pendant le siège de Paris.

Et il commence la partie suivante, « Château du Taureau », par cette phrase:

Ce qui se passa ensuite stupéfiera l’avenir.

Il s’agit des conditions de l’emprisonnement d’Auguste Blanqui, bien sûr. Mais ce qui se passa ensuite, c’est aussi, après l’après-midi du 17 mars, la nuit du 17 au 18… où, à Paris, fut affichée, comme l’a dit Dommanget, l’infâme affiche de l’infâme Thiers. La (re)voici si vous voulez la lire (cliquer pour agrandir):

 

(Elle vient du musée Carnavalet.)

Nous verrons demain 18 mars ce qu’en dirent les habitants de Paris!

Livres cités

Geffroy (Gustave)Blanqui L’Enfermé, L’Amourier (2015).

Dommanget (Maurice), Blanqui, la guerre de 1870-71 et la Commune, Domat (1947).

Commenter cet article