Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

La mutation anglaise du coronavirus débarque en France

28 Décembre 2020, 08:00am

Publié par PCF Villepinte

PHOTO : AFP

L'Humanité Samedi 26 Décembre 2020

Lola Scandella

Identifiée chez un voyageur rentré de Londres, la première contamination due à une nouvelle souche du Covid-19 a été détectée en France. Son apparition inquiète d’autant plus que ce variant pourrait être plus contagieux, et alors qu’une nouvelle hausse de cas positifs a été enregistrée entre le 24 et le 25 décembre.

Il ne manquait plus que lui autour de la table des fêtes de fin d’année! Ironie du sort, deux jours avant le lancement de la campagne vaccinale et alors que le soir de Noël devait permettre aux Français de souffler en famille après des mois de confinement, c’est précisément le 25 décembre qu’a choisi un variant anglais du Covid-19 pour pointer son nez.

La présence de cette nouvelle souche du virus, identifiée pour la première fois au Royaume-Uni au mois de septembre, a été détectée en France à Tours (Indre-et-Loire) chez un homme résidant habituellement en Grande-Bretagne et revenu de Londres le 19 décembre. Asymptomatique, il est isolé à son domicile a indiqué le ministère de la Santé le 25 décembre, annonçant qu’il s’agit de la « première contamination au variant VOC 202012/01 du virus de la Covid-19» détectée en France.

De quoi donner quelques sueurs froides à l’exécutif qui avait pourtant décrété, comme plusieurs voisins européens, la suspension par précaution des liaisons par la Manche et l’instauration de tests obligatoires pour rentrer en France. Las, malgré cela et le reconfinement de Londres et d’une partie de l’Angleterre, les craintes se sont confirmées et la variante est bien arrivée par-delà les frontières britanniques. En plus de ce premier cas, «plusieurs prélèvements positifs pouvant faire évoquer le variant VOC 202012/01 sont en cours de séquençage» et analysés par des laboratoires, a ajouté le ministère.

La nouvelle souche a également été détectée en Allemagne et au Liban, portée là aussi par des voyageurs de retours de Londres. Un début de propagation préoccupant, alors que ce variant du Covid-19 est encore mal connu. Si rien ne prouve à ce stade qu’il pourraît entraîner une hausse de la mortalité, plusieurs études parues au Royaume-Uni tendent à démontrer qu’il serait plus contagieux. Sa découverte a provoqué une vague d’inquiétude concernant l’efficacité des vaccins contre la maladie face à cette mutation. En France, les premières doses de vaccins ont atterri sur le territoire samedi 26 décembre et les premières injections doivent avoir lieu le lendemain dans deux établissements pour personnes âgées à Sevran (Seine-Saint-Denis) et Dijon (Côte-d’Or).

L’Agence européenne du médicament (EMA) s’est toutefois voulue rassurante en déclarant qu’il n’existe pour l’instant «aucune preuve» suggérant que le vaccin Pfizer/BioNTech «ne soit pas efficace contre le nouveau variant». Le co-dirigeant du laboratoire allemand BioNTech Ugur Sahin a de son côté assuré pouvoir produire un nouveau sérum en moins de six semaines. Pour autant, les pouvoirs publics restent sous pression en cette fin d’année, ayant tous en tête la flambée de cas aux États-Unis après Thanksgiving. Certains élus du Grand Est réclament déjà une nouvelle mise sous cloche pour éviter un nouvel embrasement épidémique à la rentrée dans leur région, très touchée par la maladie.

La contagiosité plus élevée de la nouvelle souche du virus pourrait également poser problème. Si le nombre de cas en réanimation se maintient en dessous de la barre des 3000 depuis quelques semaines, la circulation du virus est toujours très active. Un peu plus de 20000 nouveaux cas ont été enregistrés en France entre le 24 et le 25 décembre, bien loin des 5000 fixé par Emmanuel Macron le 24 novembre. Lexécutif a déjà coupé la poire en deux en autorisant les déplacements au-delà des horaires du couvre-feu le 24 décembre mais pas le soir du réveillon comme il l’avait un temps envisagé. Il pourrait être obligé de prendre des mesures plus drastiques, certains ayant déjà commencé à agiter le spectre d’un nouveau confinement à la rentrée.

coronavirus covid-19

 

Commenter cet article