Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Il y a urgence ! Le billet du Dr Christophe Prudhomme. Pénibilité

29 Mai 2020, 07:33am

Publié par PCF Villepinte

L'Humanité Vendredi, 29 Mai, 2020

Christophe Prudhomme est médecin au Samu 93.

Les personnels hospitaliers sont confrontés à une pénibilité inévitable du fait de la nécessité d’assurer la continuité du service public, 24 h sur 24 et 365 jours par an. Les horaires décalés constituent aujourd’hui un des premiers facteurs influant négativement sur la santé des travailleurs. Nos métiers sont très féminisés et il faut savoir par exemple que le travail de nuit modifie notamment les cycles hormonaux, ce qui représente un facteur de risque du cancer du sein. Des pays comme le Danemark reconnaissent même celui-ci comme une maladie professionnelle pour les salariées soumises à ces contraintes. 

Il est possible de soulager le travail en aménageant et en réduisant les horaires. La réduction du temps de travail à 32 heures par semaine pour les équipes de nuit constitue une avancée. Mais ces dernières années, la compensation par ce qu’on appelle la catégorie active, c’est-à-dire le fait de bénéficier d’un départ en retraite anticipé de 5 ans quand on a travaillé pendant 15 ans dans les métiers concernés, a été mis à mal.  Une première fois par Roselyne Bachelot qui a vendu le passage en catégorie A, c’est-à-dire cadre, pour les infirmières avec comme contrepartie la perte de la catégorie active. La deuxième lame est constituée par la réforme des retraites votée en catastrophe juste avant le début de l’épidémie. Elle prévoit la suppression pure et simple de ce droit : il s’agit donc de travailler 5 ans de plus sans contrepartie. Cette mesure est particulièrement injuste quand on sait par exemple que plus de 30 % des aides-soignant.e.s partent aujourd’hui en retraite, en général vers 60 ans, avec un pourcentage plus ou moins important d’invalidité. 

Pour le fameux « monde d’après », nous demandons l’abrogation de la loi sur les retraites, le maintien de la catégorie active pour les salarié.e.s qui en bénéficient encore, son rétablissement pour les infirmier.e.s qui l’ont perdue et son extension aux métiers qui en étaient jusqu’à présent injustement exclus. 

 

Trop tard

Christophe Prudhomme

Christophe Prudhomme est médecin au Samu 93.

Nous disposons maintenant de tests en quantité suffisante, mais la stratégie est difficilement compréhensible par les citoyens. Faut-il faire une recherche virale par prélèvement nasal ou un test sérologique? Les dépistages systématiques ont-ils un intérêt et, si oui, dans quelles circonstances? Tout un dispositif complexe de traçage a été mis en place avec les services de l’assurance-maladie dans le cadre des fameuses brigades sanitaires. Des chambres d’hôtel ont été mises à disposition en masse par les groupes hôteliers, qui voyaient là un espoir de remplir leurs établissements. De multiples applications numériques nous sont proposées, dont la très controversée StopCovid.

Voir aussi : StopCovid, un gadget présenté comme un outil miracle

Oui, mais visiblement – et heureusement –, l’épidémie semble marquer le pas et le nombre de nouveaux cas est faible, y compris dans mon département, la Seine-Saint-Denis, très durement touché. C’est bien beau, mais tout cela arrive trop tard. Nous aurions aimé avoir des tests, ainsi qu’un dispositif de traçage et d’isolement ciblé, simple, dès le début de l’épidémie. Cela n’a pas été le cas et c’est regrettable. Nous aurions pu sûrement éviter des morts… Vous allez me dire, vous n’êtes jamais content et vous critiquez tout. Je vous réponds non, car face à une épidémie de ce type, il faut savoir s’adapter au jour le jour et modifier sa stratégie pour mettre les bons moyens au bon endroit, au bon moment.

Voir aussi : Assemblée nationale. Les macronistes donnent le feu vert à StopCovid

Aujourd’hui, l’activité reprend et il faut mettre en place des dispositifs simples, avec les ressources locales, au plus près de la population. Il faut que le gouvernement soit cohérent dans ses décisions, pour rétablir la confiance perdue auprès des citoyens. Une des mesures emblématiques dans ce domaine est le maintien de l’interdiction de se promener dans des lieux ouverts, comme les parcs et jardins dans les grandes villes ou encore les plages. Il ne sert à rien, et c’est contre-productif, de stigmatiser ensuite les rassemblements dans les seuls lieux «autorisés», dont le nombre est restreint! Faisons confiance aux citoyens, qui se sont montrés disciplinés, car, à la différence de certains pays qui ont connu des manifestations contre les mesures de confinement, cela na pas été le cas dans notre pays.

Commenter cet article