Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Il y a urgence ! Maladie professionnelle

7 Mai 2020, 10:03am

Publié par PCF Villepinte

L'Humanité Jeudi, 7 Mai, 2020

Christophe Prudhomme est médecin au Samu 93.

Le Ministre de la santé a promis une "reconnaissance automatique" en maladie professionnelle pour tous les soignants infectés par le coronavirus. Alors que les lois sont votées en urgence avec un débat réduit à sa plus simple expression au Parlement, aucun texte concrétisant cette promesse n'a encore été publié. Le dispositif de reconnaissance en maladie professionnelle est très complexe et s'apparente à un véritable parcours du combattant. Il s'agit là d'une situation que nous connaissons bien, motivée par la volonté de limiter drastiquement le nombre de cas pour des raisons financières. En effet, les indemnisations en cas d'incapacité temporaire ou permanente peuvent être élevées, ce qui n'est que justice au regard du préjudice subi. L'exemple concernant les collègues ayant été contaminés par l'amiante est particulièrement parlant. 

Or quelle est la situation aujourd'hui ? Nous constatons de nombreux cas où la première étape qui est celle de la déclaration en accident du travail n'est pas automatique et nécessite une intervention syndicale. De plus, face à un manque de médecins du travail dans les établissements, le suivi de salariés est très aléatoire. 

Voir aussi : Coronavirus et santé au travail : comment le patronat tente de se dédouaner

Par ailleurs, il existe un problème de justice qui pose problème au niveau de l'égalité constitutionnelle. Pourquoi et comment légalement limiter cette reconnaissance aux seuls soignants. Les caissières de supermarché et les autres "premiers de corvée" qui ont assuré les services essentiels pendant le confinement  ne pourraient pas avoir le même droit. Ce serait inacceptable !

Nous exigeons donc que les textes permettant que l'ensemble des salariés qui ont été contaminés pendant cette période bénéficient du dispositif d'accident du travail puis de reconnaissance en maladie professionnelle. Les "héros" ne demandent pas de médailles mais simplement que les conséquences pour leur santé des risques qu'ils ont pris pour la collectivité bénéficient d'une légitime réparation

Retrouvez son précédent billet, Premier bilan, ainsi que l’ensemble de ses chroniques

Le billet du Dr Christophe Prudhomme

 

 

Commenter cet article