Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Déconfinement du 11 mai, masques, tests, retour à l'école, chômage partiel... Les infos essentielles du jour

6 Mai 2020, 06:54am

Publié par PCF Villepinte

  

Carte par départements de synthèse des deux indicateurs de suivi de l'épidémie au 5 mai 2020

Mardi, 5 Mai, 2020

EN DIRECT. Déconfinement du 11 mai, masques, tests, retour à l'école, chômage partiel... Les infos essentielles du jour

[Mise à jour le 5 mai, à 21h01]

¤ La carte de France des départements évolue par rapport à la veille avec la région Hauts-de-France qui passe de rouge à orange grâce à une baisse de la tension hospitalière.  

¤ Pour le budget masque d'une famille, il faut compter 200 euros par mois, estime Alain Bazot, président de l’UFC-Que choisir. Exigeons leur gratuité ! L'Humanité a lancé une pétition en ce sens.

¤ Emmanuel Macron doit annoncer ce mercredi des mesures pour la culture. Les attentes et la colère dans le secteur sont fortes.

¤ Plan de déconfinement pour Paris : une trentaine de nouvelles rues piétonnisées, le nombre de places de parkings doublées et 50km de voies réservés au vélo... La maire de Paris Anne Hidalgo a annoncé une série d'aménagements pour l'après 11 mai. Et également un plan pour les écoles.

¤ L'application de traçage des malades StopCovid pourrait être disponible le 2 juin, annonce le secrétaire d'Etat au Numérique Cedric O.

¤ Le Sénat a rejetté lundi lors d'un vote simplement consultatif le plan de déconfinement du gouvernement, avec 89 voix contre, 81 voix pour et 170 abstentions. Les groupes socialiste et communiste ont voté contre. Récit d'une journée d'avertissement pour l'exécutif.

¤ Les parents qui gardent leurs enfants à la maison toucheront le chômage partiel en mai, contrairement à ce qui avait été annoncé par le gouvernement, a indiqué ce lundi le ministre du Travail Muriel Pénicaud. Sauf que "seuls les parents qui fourniront à leur employeur une attestation de l’école prouvant qu’elle n’est pas en mesure d’accueillir leur enfant seront éligibles au chômage partiel», explique ici Rodrigo Arenas, coprésident national de la FCPE. 

¤ La ministre du Travail a aussi jugé lundi "raisonnable de dire" que l'on va avoir un télétravail massif jusqu'à l'été et a appelé patronat et syndicats à négocier rapidement un encadrement de ce mode de travail... s'ils le souhaitent.

¤ Un malade du Covid en France dès le mois de décembre ? Le professeur Yves Cohen a officialisé hier la découverte d'un patient dépisté a posteriori positif au coronavirus lors de son hospitalisation à Bondy (Seine-Saint-Denis) à la fin du mois de décembre dernier. Notre article sur l'enjeu de cette découverte.

¤ Le gouvernement souhaite proroger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 24 juillet. Le texte a été adopté samedi en Conseil des ministres, légèrement amendé au Sénat et doit être examiné ce mardi à l’Assemblée nationale. Lire ici notre analyse.

¤ 100 km autour de chez vous, voilà ce que ça donne (aucune donnée n'est enregistrée sur ce site). Le 11 mai, il sera à nouveau possible de circuler librement, sans attestation, mais dans un périmètre restreint. Les déplacements à plus de 100 kilomètres du domicile nécessiteront une attestation et ne seront possibles que pour "un motif impérieux, familial ou professionnel".

¤ Comment la France veut briser les chaînes de contamination : nos explications.

¤ Le prix des masques chrirurgicaux plafonné. Alors qu'il n'entendait pas le faire au départ, le gouvernement va limiter à 95 centimes le prix des masques dits chirurgicaux qui seront vendus dans les commerces (soit 47,50 euros maximum pour une boîte de 50 masques). C'est 10 fois plus cher que les prix généralement constatés avant la crise... Et il n'y aura pas de plafond pour les masques textile, a annoncé ce vendredi la secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie, Agnès Pannier-Runacher.

¤ Ces masques chirurgicaux seront disponibles dans les grandes surfaces à partir du 4 mai. Ce qui provoque "consternation et dégôut" chez les personels de santé, confrontés durant des semaines à une pénurie d’équipements de protection.

Dans un communiqué commun, pharmaciens et soignants écrivent  "Comment nos patients, notamment les plus fragiles, à qui l’on expliquait jusqu’à hier qu’ils ne pourraient bénéficier d’une protection adaptée,  vont-ils comprendre que ce qui n’existait pas hier tombe à profusion aujourd’hui. 100 millions par ici, 50 millions par là. Qui dit mieux ? C’est la surenchère de l’indécence." Notre article sur le sujet.

¤ Un bulletin journalier, département par département, sur la situation épidémique en France et ses conséquences sanitaires vous est proposé ici par l'Humanité, en partenariat avec le site Covinfo.fr.

_____________________________

 

Commenter cet article