Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Seine Saint Denis: URGENCES

23 Avril 2020, 06:44am

Publié par PCF Villepinte

 

Pantin le 16 avril 2020

 Monsieur le président de la République, Nous avons écouté avec attention votre intervention télévisée du 13 avril. Si des insuffisances et des erreurs ont été reconnues, nous pensons que les enjeux auxquels nous sommes confrontés appellent des réponses d’une autre ampleur. Ceci nous conduit, au regard de la réalité de notre département, à tirer un certain nombre d’enseignements et à vous faire des propositions concrètes à mettre en œuvre rapidement.

 Le département de la Seine Saint Denis paye un très lourd tribut à la crise sanitaire actuelle. La surmortalité de 63% enregistrée ces dernières semaines est le résultat des politiques menées depuis des années tant en matière de santé, de logement que d’emploi. La sous dotation médicale chronique de notre département qui fait que plus d’habitants souffrent de pathologies lourdes, associée à une grave crise du logement, à un taux élevé de pauvreté et une plus grande précarité dans le travail aboutissent à cette catastrophe sanitaire.

 Cette situation n’est pas nouvelle, nous la combattons depuis des années mais la crise sanitaire révèle l’ampleur des dégâts humains que ces choix politiques produisent. Devant la gravité de cette situation, nous vous demandons que des mesures d’urgence soient prises en vue du rétablissement de l’égalité républicaine qui est complètement bafouée en Seine Saint-Denis. Le redressement de la situation appelle le développement des services publics dont l’épidémie a mis en évidence le rôle essentiel.

 C’est pourquoi, nous vous demandons de prendre des mesures concrètes en allouant des moyens aux hôpitaux de notre département qui souffrent d’un sérieux sous équipement. Concernant la réouverture des classes le 11 mai, il est impératif que toutes les conditions de sécurité sanitaire soient assurées pour les enfants, les enseignants et le personnel. Ceci suppose des moyens conséquents de la part de l’Etat et une définition des mesures à prendre en association avec les acteurs de la communauté éducative.

D’autre part, nous ne comprendrions pas que, dans la situation actuelle, des classes soient supprimées à la rentrée scolaire. Au contraire, l’important décrochage scolaire constaté depuis la fermeture des écoles et ce malgré les efforts importants fournis par les enseignants, nécessite que des moyens supplémentaires soient accordés aux établissements scolaires de notre département.

Nous constatons chaque jour que les familles les plus modestes subissent de plein fouet la situation actuelle et ne peuvent plus faire face aux besoins les plus élémentaires. Le chômage partiel, l’arrêt de nombreuses activités, le prix des denrées alimentaires ainsi que la réduction des secours alimentaires conduisent des familles entières dans une pauvreté accrue.

 Dans l’attente de la définition des aides annoncées et la connaissance des bénéficiaires, nous demandons le déblocage de secours d’urgence. Dans le domaine du logement, il est nécessaire de revenir sur les dispositions de la loi Elan qui étouffent les offices HLM d’autant qu’un grand nombre de locataires va se retrouver dans des difficultés de paiement de leur loyer. Nous demandons donc une hausse conséquente des APL pour permettre à chacun de payer son loyer et une aide exceptionnelle aux bailleurs sociaux en difficulté pour leur permettre de faire face à la situation.

 De même, le report de la fin de la trêve hivernale ne va faire que repousser le drame des expulsions locatives, dont nous sommes certains qu’il sera considérablement aggravé par la crise actuelle. Des mesures d’urgence de justice sociale doivent être prises pour garantir le droit au logement. Enfin, il nous semble impératif qu’une aide et un suivi sanitaire des populations contraintes de vivre dans des logements insalubres ou dans des campements de survie soient organisés systématiquement. Ces mesures peuvent être mises en œuvre rapidement, il suffit pour cela de mobiliser les immenses richesses accaparées par une minorité au détriment de la justice sociale et des services publics.

 Mais au-delà de ces mesures immédiates, c’est un véritable plan de redressement de la situation qui est nécessaire pour notre département. Le rapport parlementaire « La République en échec » de 2018 ne doit pas être oublié. Une réorientation des politiques mises en œuvre est nécessaire. La situation de la Seine Saint-Denis démontre de façon aiguë que les choix de l’austérité et de la destruction des services publics sont nocifs. Un tel plan, pour répondre à la situation avec efficacité, demandera une construction démocratique associant élus et acteurs sociaux du département.

 Seule cette élaboration démocratique permettra de rassembler toutes les énergies au plan départemental comme au plan national. Nous avons des propositions à vous faire sur les sujets évoqués dans ce courrier. De même qu’il est indispensable de reconnaître l’esprit de responsabilité, le courage et la solidarité dont fait preuve la population, sans lesquelles la situation serait encore plus grave.

 A plus d’un titre, ils ont permis que le pays reste debout. Sans la reconnaissance de son rôle et de ses besoins, rien de juste, de dynamique, d’économiquement solide et durable ne pourra être construit. Dans l’attente de votre réponse, veuillez agréer, Monsieur le président de la République, l’expression de notre plus haute considération.

 ASSASSI Eliane, sénatrice, présidente du groupe CRCE ; ATTIA Dominique, conseillère départementale ; BEAUDET Pascal, conseiller départemental ; BEDREDDINE Bélaïde, vice-président du conseil départemental ; BESSAC Patrice, maire de Montreuil ; BLANCHET Stéphane, maire de Sevran ; BUFFET Marie-George, députée, ancienne ministre ; COSKUN Taylan, conseiller régional ; DELLAC Dominique, conseillère départementale ; GAY Fabien, sénateur ; JUSTE Carinne, maire de Villetaneuse ; LABBE Pascale, conseillère départementale déléguée ; MIGNOT Didier, conseiller régional ; PEU Stéphane, député ; POUX Gilles, maire de La Courneuve ; RUSSIER Laurent, maire de Saint-Denis ; SADI Abdel, vice-président du conseil départemental ; TAÏBI Azzedine, maire de Stains, vice-président du conseil départemental

Commenter cet article