Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Commémoration de la libération de Villepinte 1er septembre 2019

4 Septembre 2019, 07:01am

Publié par PCF Villepinte

Jean Porta Président de l'ARAC dépose une gerbe en hommage à Antoine CUSINO Francs-tireurs-partisans fusillé par les nazis en ce lieu le 18 août 1944.

Quand les Américains voulaient gouverner la France (Extraits)

 

 

C'est une page peu connue de l'histoire de la seconde guerre mondiale: dès 1941-1942, Washington avait prévu d'imposer à la France - comme aux futurs vaincus, Italie, Allemagne et Japon un statut de protectorat, régi par un Alfied Military Government of Occupied Territories (Amgot). Ce gouvernement militaire américain des territoires occupés aurait aboli toute souveraineté, y compris le droit de battre monnaie, sur le modèle fourni par les accords Darlan-Clark de novembre 1942.

 

A l'époque, les Etats-Unis redoutaient surtout que la France, bien qu'affaiblie par la défaite de juin 1940, s'oppose à leurs vues sur deux points, du moins si de Gaulle, qui prétendait lui rendre sa souveraineté, la dirigeait. D'une part, ayant lutté après 1918-1919 contre la politique allemande de Washington, Paris userait de son éventuel pouvoir de nuisance pour l'entraver à nouveau. D'autre part, la France répugnerait à lâcher son empire, riche en matières premières et en bases stratégiques, alors que les Américains avaient dès 1899 exigé pour leurs marchandises et leurs capitaux le bénéfice de la « porte ouverte » dans tous les empires coloniaux.

Peignant De Gaulle à la fois en dictateur de droite et en pantin du Parti communiste français et de l'URSS, Washington dut pourtant renoncer à imposer le dollar dans les «territoires libérés» et (avec Londres) reconnaître, le 23 octobre 1944, son Gouvernement provisoire de la République française: deux ans et demi après la reconnaissance soviétique du «gouvernement de la vraie France» un an et demi après celle immédiate du CFLN deux mois après la libération de Paris et peu avant que De Gaulle ne signât avec Moscou, le 10 décembre, pour contrebalancer l'hégémonie américaine, un « traité d'alliance et d'assistance mutuelle» qu'il qualifia de « belle et bonne alliance ».

Ecartée de Yalta en février 1945 dépendante des Etats-Unis la France s'intégra pleinement dans leur sphère d'influence.

La vigueur de sa résistance intérieure et extérieure l'avait cependant soustraite à leur protectorat.

Source: (Annie Lacroix-Riz, mai 2003)

Commenter cet article