Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

 Les gilets jaunes cherchent un second souffle

22 Novembre 2018, 08:09am

Publié par PCF Villepinte

Jeudi, 22 Novembre, 2018

L’Humanité Clotilde Mathieu

Alors que le mouvement se durcit, singulièrement à La Réunion, les gilets jaunes appellent à une grande manifestation samedi à Paris.

Depuis mardi, les gilets jaunes préparent l’acte II. Ce sera ce samedi à Paris. Reste à savoiroù exactement. Le gouvernement ayant interdit toute manifestation place de la Concorde, comme l’ont proposé plusieurs initiateurs de l’appel. L’objectif de cette nouvelle journée est, après la réussite du 17 novembre, de trouver un second souffle. Car les actions qui se sont poursuivies toute la semaine semblent désormais reculer. Face à la colère qui s’exprime, le gouvernement a en tout cas choisi le bâton. «La réponse de l’État a été ferme et la sévérité sera de mise» contre les violences «comme elle l’a été depuis le premier jour», a indiqué le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux.

582 personnes ont été interpellées

Résultat, le mouvement des gilets jaunes semble se durcir sur le terrain. Au total, depuis samedi, 582 personnes ont été interpellées et 450 placées en garde à vue. Et 95 blessés étaient comptabilisés dans les rangs policiers.

Sur l’île de La Réunion, il s’est même embrasé. Depuis samedi, les violences urbaines succèdent aux actions des gilets jaunes en journée. Le gel de la taxe spéciale sur la consommation de carburant durant trois ans, annoncé mardi par le président du conseil régional de La Réunion, Didier Robert, n’a rien changé. Preuve que la hausse des carburants est «venue s’ajouter à différentes mesures que sont la suppression des contrats aidés, la hausse de la CSG, la non-revalorisation du pouvoir d’achat (…), ce qui a entraîné une hausse du nombre de demandeurs d’emploi, une baisse du pouvoir d’achat des travailleurs, la fragilisation des plus fragiles et la perte de perspectives pour les jeunes», a expliqué Huguette Bello, députée communiste de La Réunion, au journal local Clicanoo. Face à la situation, le député insoumis de La Réunion Jean-Hugues Ratenon a appelé la préfecture à «garder son calme. L’urgence: c’est le dialogue».

De leur côté, les organisations syndicales tentent de reprendre la main. Et, pour l’instant, seule la fédération FO des transports et de la logistique a appelé à se joindre aux gilets jaunes pour obtenir une «augmentation du pouvoir d’achat». La CGT pour sa part plaide pour donner «du sens» au mouvement «en mobilisant pour le pouvoir d’achat lors d’une manifestation organisée le 1er décembre», a ainsi déclaré Fabrice Angéi, secrétaire confédéral CGT. «Aujourd’hui, un salarié sur trois est un travailleur pauvre. Le gouvernement peut agir en portant le Smic à 1800 euros comme nous le demandons», a-t-il ajouté. D’autant qu’entre 2008 et 2016 les ménages ont perdu en moyenne près de 500 euros de revenu disponible, révèle une étude de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), publiée dans le dernier «portrait social» de la France de l’Insee. La CFDT, quant à elle, a appelé l’exécutif à réunir très rapidement les syndicats, les organisations patronales et les associations afin de construire «un pacte social de la conversion écologique».

Selon un député de LaREM présent à une réunion de la majorité avec le premier ministre mardi, ce dernier aurait déclaré être près à un «dialogue décentralisé» et vouloir «présenter les lois sur les territoires en y déployant les outils adaptés». Une proposition qui semble séduire le patronat, soucieux d’éviter une propagation de la colère dans les entreprises. «On ne va pas faire un nouveau sommet social, a affirmé aux Échos le patron du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux. La bonne réponse à ce mouvement, qui part d’initiatives locales, c’est au niveau régional.»

 

 

 

Commenter cet article