Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

DISSOUDRE LE PEUPLE!

23 Avril 2015, 14:53pm

Publié par PCF Villepinte

DISSOUDRE LE PEUPLE!

Le 5 avril dernier, Claude Bartolone rend un rapport au président de la République dans lequel il souhaite que le vote devienne obligatoire « lors de toutes les élections ». Pour François Asensi, député Front de gauche de Seine-Saint-Denis et maire de Tremblay-en-France, le président de l'Assemblée nationale fait « un contresens absolu sur le sens du vote abstentionniste ».


 Je suis stupéfait par la proposition émise par le Président de l’Assemblée nationale de rendre le vote obligatoire, dans le rapport sur l’engagement citoyen remis au Président de la République.

Avec le retour de cette vieille proposition culpabilisatrice, les responsables socialistes veulent s’offrir un formidable miroir aux alouettes pour détourner des débats de fond et masquer les vraies raisons du désamour des Français pour les élections.

Le Président de l’Assemblée nationale fait un contresens absolu sur le sens du vote abstentionniste. Les Français qui ne votent plus ne sont pas des mauvais citoyens qui se désintéressent de la chose publique, bien au contraire. L’abstention n’est pas une absence de choix ou un manque de civisme. Il s’agit d’un message fort et clair, mais les deux partis majoritaires qui gouvernent sans partage refusent de l’entendre. Ce message, c’est le refus d’un système politique, la 5e République, qui asphyxie le débat, annihile le pluralisme des idées, reconduit systématiquement les mêmes hommes et les mêmes politiques malgré des alternances de façade.

D’un gouvernement de gauche, nous aurions été en droit d’attendre une véritable réflexion sur nos institutions, et non une approche par le petit bout de la lorgnette. Une mutation profonde de nos institutions pour faire enfin respirer la démocratie française, étouffée par le carcan de la 5e République, constitution la moins démocratique d’Europe. Nous avons espéré le droit de vote pour les étrangers, le scrutin proportionnel, le renforcement du parlementarisme, l’implication des citoyens par une véritable démocratie participative. Mais hormis la limitation salutaire du cumul des mandats, rien n’est venu. Lors des présidentielles, le Front de gauche a mis en débat de nombreuses propositions pour une 6e République, qui fournissent autant de points d’appui pour le changement. Aucune n’a été reprise.

 L’autre motivation de l’abstention, c’est l’autisme des élites gouvernantes, qui ont perdu de vue l’intérêt général pour mieux favoriser des intérêts de classe, celle de la classe d’en haut. A quoi bon obliger les citoyens français à voter si l’on continue à ne pas respecter leur vote ? Lorsque les citoyens français ont refusé l’Europe libérale en 2005, leur décision souveraine a été foulée au pied. Nous payons aujourd’hui le prix de cette forfaiture qui a considérablement agrandi le fossé entre représentants et représentés, tout en faisant le lit du message anti-européen du Front national.

 Dans l’abstention, les Français expriment leur ras-le-bol des promesses trahies. Le bilan du mandat Hollande marquant une étape supplémentaire en ce domaine, tant la liste des engagements non-tenus de François Hollande s’allonge. Oubliés la renégociation du Traité européen, le maintien des dotations aux collectivités, la baisse de la part du nucléaire, l’interdiction aux banques d’opérer dans les paradis fiscaux, la suppression des stocks option, le droit de vote des étrangers, la reconnaissance de l’Etat de Palestine,…

 Songeons par ailleurs aux conséquences de ce vote obligatoire. Rien ne permet de penser que des fervents soutiens du Gouvernement sommeillent dans la foule des abstentionnistes, bien au contraire. En obligeant à voter de manière culpabilisatrice, on risque de renforcer la colère légitime de ces abstentionnistes et de nourrir plus encore les bataillons de votants du Front national. On peut d’ailleurs s’interroger sur les éventuelles arrières pensées électorales de cette manœuvre…

 Pour éviter le débat nécessaire sur les orientations politiques néolibérales d’un gouvernement qui tourne le dos à la gauche, on préfère jeter un rideau de fumée par un faux débat. Cette triste solution en dit long sur le désert intellectuel de nos classes dirigeantes, incapables d’inventer avec le peuple un nouveau modèle français.

 En rendant le vote obligatoire, le pouvoir souhaite punir les électeurs abstentionnistes, mais de quoi ? De ne pas s’inscrire dans les orientations thatchériennes du gouvernement Valls ? De voir avec lucidité que ces choix économiques envoient notre pays droit dans le mur ? De refuser le démantèlement de nos  solidarités et de notre modèle social ?

 Selon Claude Bartolone, la responsabilité des gouvernés est engagée dans la crise économique et démocratique de notre pays, mais pas celle des gouvernants. Nous sommes en plein retour à une « Ancien Régime » de la politique dans laquelle les classes dirigeantes auraient forcément raison et le peuple aurait forcément tort. Comme le disait Bertold Brecht, « puisque le peuple vote contre le Gouvernement, il faut dissoudre le peuple » !

 

 

Commenter cet article