Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Publié depuis Overblog

20 Avril 2013, 09:19am

Publié par PCF Villepinte

 

Les Européens vivent plus longtemps mais malades


 

Monde - le 18 Avril 2013 Santé

Mots clés : santé, angela merkel, europe, Retraite , François Hollande, espérance de vie,

Une étude montre que l’espérance de vie en bonne santé stagne dans l’Union européenne. Pourtant, ce n’est pas un indicateur pris en compte par les institutions européennes quand elles prônent des réformes des systèmes de retraite.

Le bien-fondé de certaines «réformes structurelles» prônées par Bruxelles est remis en cause par une étude, publiée mercredi. L’espérance de vie augmente en Europe. Mais l’espérance de vie en bonne santé, elle, stagne. Depuis 2005, l’espérance de vie à 65 ans a augmenté de 1,3 an pour les hommes et de 1,2 pour les femmes. C’est l’argument employé pour repousser l’âge de départ en retraite.

La progression de l’espérance de vie sans incapacité, elle, n’a progressé dans la même période que de 0,2 an pour les hommes. Pis, pour les femmes, elle diminue même de 0,2 an. L’espérance de vie en bonne santé est, à 65 ans, de 8,8 ans pour les hommes et de 8,6 ans pour les femmes. « Cela signifie que les années de vie supplémentaires sont vécues avec des limitations d’activité », traduit pour l’AFP Jean-Marie Robine, directeur de recherche à l’Inserm et coordinateur de l’Action européenne conjointe sur les années de vie en bonne santé.

Une politique désastreuse

Bénéficier de quelques années de retraite en bonne santé, les institutions européennes n’en ont que faire. Elles continuent à promouvoir une hausse de l’âge du départ en retraite. On retrouve cet objectif dans divers documents de l’Union européenne. Dans ses objectifs de politiques économiques adoptés en 2010 par les chefs d’État et de gouvernement tout d’abord. Ainsi, la stratégie UE 2020 estime que « l’assainissement budgétaire et la viabilité financière à long terme devront aller de pair avec d’importantes réformes structurelles, notamment dans le domaine des retraites ». Même le fameux pacte de croissance qu’aurait arraché François Hollande, lors du sommet de juin 2012, enjoint les États à prendre les « mesures destinées à garantir la viabilité des régimes de retraite » en plein milieu d’un passage consacré à « l’assainissement budgétaire ».

La politique de retraite, au niveau européen, est vue, presque exclusivement, sous un angle budgétaire. Ce qui explique les appels à réformer les systèmes de retraite, qui ont conduit à l’augmentation de l’âge de départ en pension dans plusieurs pays européens. Cette politique a des effets désastreux, alors que la part des 55-59 ans qui ont encore un emploi était en 2010 de 61 % et de 31 % seulement pour les 60-64 ans. En parallèle, avec la crise, le nombre de jeunes sans emploi explose. Au point que la chancelière Angela Merkel elle-même a demandé mardi, dans le quotidien Faz, que les pays où le taux de chômage des jeunes dépasse 50 % mettent en place un système de préretraite. Le serpent se mord la queue.

Résultante des politiques publiques

D’autres enquêtes montrent combien l’espérance de vie en bonne santé est une résultante des politiques publiques. En mars, Eurostat illustrait l’inégalité des Européens face à celle-ci. L’espérance de vie à 65 ans était de 15 ans chez les femmes suédoises contre 9,9 ans chez les Françaises et 9 ans chez les Espagnoles. « C’est probablement dû au fait que les pays nordiques privilégient l’autonomie et favorisent plus l’indépendance des individus alors que les pays du Sud réussissent à faire vivre leur population avec des incapacités ou des maladies chroniques », relève Jean-Marie Robine.

Dans un rapport datant de mars, l’Organisation mondiale de la santé se réjouissait que, depuis 1980, l’espérance de vie en Europe ait progressé de cinq ans. Mais « un scénario possible et qui menace les progrès constants faits en matière d’espérance de vie en Europe consisterait à ce que des crises économiques ou sociales soient couplées à des réductions des dépenses de santé », notait-elle dans son rapport trisannuel.

Zoom sur la France. La France compte parmi les pays d’Europe où «l’espérance de vie à 65 ans» a le plus augmenté d’après l’indicateurde l’espérance de vie sans incapacité (EVSI). Selon les chiffres rendus publics mercredi, les femmes auraient gagné 1,8 an et les hommes 1,6 an entre 2005 et 2011. Si l’espérancede vie atteint 88,8 ans en tout pour les femmes et 84,3 ans pour les hommes, la France ne déroge pas à la règle et voit son espérance de vie en bonne santé stagner sur la même période : + 0,3 an pour les femmes, un chiffre considéré comme « non significatif », et 1,2 an pour la population masculine, ce qui est en revanche nettement supérieur à la moyenne européenne.

  • A lire aussi:

La retraite oui, mais en bonne santé

François Hollande veut durcir encore l'accès à la retraite

Gaël De Santis

Commenter cet article