Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Pacte européen de compétitivité

11 Mars 2011, 12:08pm

Publié par PCF Villepinte

Question au gouvernement d’André Chassaigne à François Fillon, Premier Ministre le mercredi 9 mars 2011A-Chassaigne.jpg

Alors que les profits des grandes entreprises atteignent des sommets, vous êtes toujours le commis zélé de ceux qui veulent s’enrichir toujours plus, et surtout sans risques pour leur portefeuille.

Pour cela, Monsieur le Premier Ministre, vous avez une alliée de choix avec la Chancelière allemande Madame Angela Merkel. Ce sera sans aucun doute le cas dans 2 jours, lors du sommet des chefs d’état et de gouvernement de la zone euro.

Au programme, un pacte de compétitivité censé éviter la répétition de crises financières… un pacte caché révélé ce matin par l’Humanité. Alors que les conséquences seront d’une extrême gravité pour le niveau de vie de nos concitoyens et encadreront nos choix nationaux, le Parlement est tenu à l’écart.

Certes, une version allégée de ce document vient d’être dévoilée pour apaiser les critiques suscitées par le projet initial. Mais l’essentiel reste.  C’est, tout d’abord, je cite, « faire évoluer en ligne les coûts sur la productivité » par la « modération salariale ».

C’est-à-dire abolir l’indexation des salaires sur l’inflation et rompre avec les négociations collectives. Est-ce que 7,8 millions de personnes vivant dans notre pays sous le seuil de pauvreté ne suffisent pas ?  C’est aussi inscrire le plafonnement des déficits publics dans la Constitution, pour graver dans le marbre des limites aux dépenses sociales. Bel artifice pour écraser les services publics sans en assurer la responsabilité directe !

Est-ce que vous pensez que le Parlement est un tel frein à la politique d’austérité qu’il faut le déposséder ?  C’est aussi définir au niveau européen un cadre commun pour lier l’âge de la retraite à l’évolution de la démographie, avec en point de mire la retraite à 67 ans.

Est-ce que vous ne pourriez pas plutôt initier une meilleure répartition des richesses et la contribution du capital au financement de notre système de protection sociale ?

Je ne doute pas, Monsieur le Premier Ministre que vous répondrez avec précision à ces différentes questions."

Commenter cet article