Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

DSK quitte le commissariat de Harlem, menottes aux poignets

16 Mai 2011, 05:53am

Publié par PCF Villepinte

Société - le 15 Mai 2011

 

Dominique Strauss-Kahn a quitté dimanche vers 23 heures (5 heures lundi, heure de Paris),  le commissariat de New York où il était détenu depuis samedi, menotté dans le dos.

La police a fourni des informations contradictoires concernant la destination vers laquelle devait être conduit le patron du Fonds monétaire international inculpé d'agression sexuelle sur une femme de chambre d'un hôtel de Manhattan.

On ignore s'il devait être emmené au dépôt du palais de justice de Manhattan ou être conduit dans les services médico-légaux pour y subir des examens corporels.  La comparution de Dominique Strauss-Kahn en audience préliminaire devant un tribunal de Manhattan a été reportée à lundi le temps de procéder à ces examens médicaux qu'il a acceptés.
DSK, l'air fatigué environ trente heures après son interpellation à bord d'un avion d'Air France, est sorti du bâtiment situé dans le quartier de Harlem avant de monter à l'arrière d'une voiture de police banalisée, assis entre deux policiers.

Il n'a pas dit un mot devant la foule des journalistes qui attendaient sa sortie depuis la veille au soir et son inculpation pour tentative de viol à l'encontre d'une femme de chambre de son hôtel new-yorkais.

DSK a été inculpé par le parquet de New York "d'agression sexuelle", de "tentative de viol" et de "séquestration", annonce ce dimanche la police. Le directeur général du FMI devrait être présenté dans la journée à un juge.

Selon des médias locaux, la femme de ménage est entrée dans sa chambre d’hôtel pensant qu’elle était inoccupée. M. Strauss-Kahn est ensuite sorti nu de la salle de bain et l’a agressé sexuellement, a indiqué le New York Times citant le responsable de la police de New York Paul Browne.

Selon les dires de la femme, il l’a prise et forcé à entrer dans la chambre à coucher, puis a vérrouillé la porte, a indiqué la même source. Elle s’est débattue mais il l’a trainée dans la salle de bain et l’a à nouveau agressé sexuellement, selon le Times.

La chaîne MSNBC a précisé qu’il l’avait contrainte à faire une fellation.

Selon des sources policières, Strauss-Kahn aurait quitté précipitamment l’hôtel Sofitel où il était descendu, en abandonnant son téléphone portable et ses effets personnels.

Les accusations portées contre Dominique Strauss-Kahn, inculpé d'agression sexuelle aux Etats-Unis, doivent être analysées pour voir si les faits sont réels ou s'il s'agit d'une provocation, a déclaré dimanche l'un de ses avocats français.

"Il faut attendre que les choses soient décantées et voir si c'est réel ou une provocation", a déclaré à Reuters Me Léon-Lef Forster.

"Il ne faut surtout pas rentrer dans un spectacle médiatique et attendre que les choses soient éclaircies", a-t-il ajouté. "Il ne faut pas paniquer et rester sereins".

Anne Sinclair, l'épouse de Dominique Strauss-Kahn, "ne croit pas une seule seconde aux accusations" d'agression sexuelle lancées contre son mari.

La journaliste affirme dans un communiqué que le directeur général du Fonds monétaire international (FMI), inculpé dimanche d'agression sexuelle, de tentative de viol et de séquestration par le parquet de New York, est innocent.

"Je ne crois pas une seule seconde aux accusations qui sont portées contre mon mari. Je ne doute pas que son innocence soit établie", a-t-elle dit. "J'appelle chacun à la décence et à la retenue."

Le député PS de Paris, Jean-Marie Le Guen, a affirmé aujourd'hui  que l'accusation d'agression sexuelle contre le patron du FMI "ne ressembl(ait) en rien à DSK".

"Il faut se garder de toute conclusion avant que Dominique Strauss-Kahn ne se soit exprimé", a déclaré ce proche du directeur général du Fonds monétaire international. "Et puis, et surtout, cette affaire ne ressemble en rien à DSK, l'homme que nous connaissons tous", a-t-il insisté.

La première secrétaire du PS, Martine Aubry, s'est déclarée «stupéfaite» de l'inculpation du patron du FMI, appelant les socialistes à rester «unis et responsables». Voici l'integralité de sa déclaration:

"Les nouvelles qui nous parviennent depuis cette nuit de New York
sonnent comme un coup de tonnerre. Je suis, comme tout le monde,
stupéfaite. J'en appelle à attendre la réalité des faits, à respecter
la présomption d'innocence et à garder la décence nécessaire.

Je demande aux socialistes de rester unis et responsables.

Je veux dire aux Français que, quels que soient les circonstances et
les aléas, hier comme aujourd’hui, le parti socialiste est mobilisé
pour les comprendre, pour apporter les réponses à leurs problèmes et à
ceux de la France, et pour les servir."

Pour Ségolène Royale «C’est un choc. J’ai appris cette nouvelle bouleversante à propos de laquelle tout reste à vérifier. DSK a droit comme tout citoyen à la présomption d’innocence tant que les faits ne sont pas prouvés. Ma pensée en cet instant va à sa famille, à ses proches et aussi à l’homme qui traverse cette épreuve (...) Il serait indécent d’en faire un feuilleton (…) Le moment n’est pas venu de commenter les conséquences de cette affaire sur la politique intérieure»

Jean-Luc Mélenchon, co-président du Parti de gauche, s'est dit auprès de l'AFP "consterné" après l'inculpation de Dominique Strauss-Kahn aux Etats-Unis pour agression sexuelle et tentative de viol, appelant "à la retenue" et à ne "pas juger avant de savoir". "Je suis consterné", a-t-il dit. "Je souhaite que ce soit faux car le viol est un crime. Il y aurait alors une victime", a-t-il poursuivi, estimant que "c'est déjà assez de l'humiliation que cette information provoque parmi les siens". "J'appelle à la retenue. Ne jugeons pas avant de savoir", a-t-il conclu.

Gilles Savary, député européen PS  analyse sur son blog: «A vrai dire tout le monde sait que Dominique Strauss-Kahn est un libertin, qui se distingue de biens d'autres, par une propension à ne pas le cacher. Dans l'Amérique puritaine, imprégnée de protestantisme rigoriste, on tolère infiniment mieux les jeux d'argent que les plaisirs de la chair. Du coup, il y est aisé d'y piéger une personnalité aussi peu résistante aux attraits de la gente féminine que Dominique Strauss-Kahn. (...) A vrai dire, dans l'entourage de DSK, on s'attendait à des coups tordus. Si c'en est un, il est proprement insensé!»

pour  Jacques Attali, ancien conseiller de François Mitterrand,  les dés sont déjà jétés : «Je ne pense pas qu’il soit candidat à la présidentielle. On va avoir une candidature de Martine Aubry contre François Hollande. La présidentielle est loin, loin, loin d’être jouée. On a beaucoup de surprises (…) le président actuel est loin d’être vaincu (...) Il plaide non coupable et il peut parfaitement l’être (…) Mais, il ne pourra pas être candidat à la primaire, ni même au FMI qui va lever son immunité».

Commenter cet article