Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Côte d'Ivoire : l'Onu tire sur le palais présidentiel

4 Avril 2011, 21:43pm

Publié par PCF Villepinte

Monde - le 3 Avril 2011

 

La bataille d'Abidjan s'intensifie. Le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo résiste et mobilise autour de ses bastions, alors que son rival Alassane Ouattara fait face à des accusations de massacres de centaines de civils dans l'Ouest. Selon François Danel, directeur général de l'ONG Action contre la faim (ACF), "des centaines de personnes ont été massacrées" fin mars à Duékoué, dans l'ouest du pays. Au cours d'une réunion à l'Elysée, Nicolas Sarkozy a décidé "le regroupement sans délai" de tous les Français vivants à Abidjan. --> Revivez les événements de la journée de dimanche.

20h30. Les soldats français et les troupes de l'ONU conduisent des opérations militaires pour neutraliser les armes lourdes utilisées par les forces de Laurent Gbagbo contre la population civile et le personnel des Nations unies, a annoncé l'Elysée ce lundi soir. Des hélicos onisiens attaquent aussi, depuis 20h (heure française) un autre site. Il s'agirait du camp d'Akouédo. Par ailleurs, d'autres témoins font état de tirs dirigés vers le palais présidentiel et sur la résidence de Laurent Gbagbo. Dans un communiqué, l'Elysée indique que cette intervention répond à une requête du secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon, qui a sollicité l'aide de la France dans une lettre à Nicolas Sarkozy.

19h00. Selon la radio Europe 1, cinq personnes dont au moins deux Français ont été kidnappés vers 16h à l'hôtel Novotel  d'Abidjan.

17h30. Environ 250 étrangers ont quitté Abidjan ce lundi, indique l'armée française.

17h10. L'"offensive" des forces d'Alassane Ouattara contre les derniers bastions tenus à Abidjan par le président sortant Laurent Gbagbo a été lancée lundi, a affirmé le porte-parole de Guillaume Soro, Premier ministre d'Alassane Ouattara. "A 13H00 (locales et GMT), les mouvements ont commencé à travers quatre grands corridors. Nous sécurisons pendant notre passage. L'objectif, c'est de converger vers le Plateau (centre) et Cocody (nord). C'est l'offensive qui est lancée", a ajouté le porte-parole, Sidiki Konaté.

15h40. Les forces d'Alassane Ouattara sont en train de lancer l'offensive contre les troupes de son rival Laurent Gbagbo à Abidjan, selon Reuters.

14h20. La Commission européenne appelle Alassane Ouattara et le Laurent Gbagbo à "protéger les civils" et à tout faire pour éviter de faire basculer "davantage" leur pays dans la guerre civile.

14h00. Les forces armées fidèles au président sortant Laurent Gbagbo "assurent la sécurité des Français vivant en Côte d'Ivoire", a affirmé lundi la télévision d'Etat RTI contrôlée par M. Gbagbo alors que des "regroupements" de Français sont en cours à Abidjan.

12h50. Le regroupement des Français était en cours sur trois points de la capitale Abidjan, à savoir le camp militaire de Port-Bouët, l'ambassade de France et un hôtel du sud de la ville, a déclaré le ministère français des Affaires étrangères, Alain Jupé.

12h40. Le Premier ministre français François Fillon a déclaré, lors d'un déplacement en Allemagne, qu'il n'y aurait pas "pour le moment" d'évacuation des Français de Côte d'Ivoire, affirmant qu'on était toujours "dans une phase de regroupement". Interrogé par des journalistes sur la situation des Français de Côte d'Ivoire en marge d'une visite à Bückeburg en Basse-Saxe, le chef du gouvernement a déclaré: "On est toujours dans une phase de regroupement", avant d'ajouter: "On ne parle pas d'évacuation pour le moment".

12h20. L'état-major des armées françaises annonce l'envoi de 150 hommes supplémentaires pour protéger les civils. Ce renfort porte le contingent des forces françaises présentes dans le pays à 1 650 hommes.

10h30. Seuls quelques tirs sporadiques d'arme lourde étaient entendus lundi matin à Abidjan, ont rapporté des habitants et des journalistes de l'AFP. Dans le quartier du Plateau (centre), où se trouve le palais présidentiel, quelques tirs étaient entendus au loin. Des jeunes femmes et enfants se hasardaient dans les rues désertes pour aller chercher de l'eau, plusieurs secteurs subissant des coupures. A Cocody (nord), quartier résidentiel abritant la résidence présidentielle, même constat: "On a bien dormi. On n'a pas entendu grand chose à part quelques tirs sporadiques", selon un habitant.

9h30. Ally Coulibaly, ambassadeur de Côte d'Ivoire en France nommé par Alassane Ouattara, a estimé lundi que la Mission de l'ONU en Côte d'Ivoire (Onuci) était aux "abonnés absents" lors des massacres signalés dans l'ouest du pays. "L'Onuci nous dit qu'il y a des massacres mais où l'Onuci était-elle ? L'Onuci n'était pas en place quand les forces républicaines sont arrivées, l'Onuci était aux abonnés absents, on ne peut pas après venir porter des accusations (...), chercher à ternir l'image du président Alassane Ouattara", a-t-il dénoncé sur la radio France-Info.

9h10. L'assistant du secrétaire général de l'ONU chargé des droits de l'homme, Ivan Simonovic, est à Abidjan pour "évaluer la situation générale" après le massacre à Duékoué de plusieurs centaines de personnes, a indiqué lundi la mission de l'ONU à Abidjan. A son arrivée dimanche, il "a exprimé sa vive préoccupation par rapport à la détérioration de la situation des droits de l'homme entachée de massacres à l'Ouest et de nombreuses exactions contre les populations civiles", selon un communiqué de la Mission de l'ONU en Côte d'Ivoire (Onuci).

2h30. Le chef de l'armée de Gbagbo, la général Mangou, a quitté l'ambassade sud-africaine (source diplomatique) et a rencontré le président sortant à sa résidence d'Abidjan. 

1 heure. "Des centaines de personnes ont été massacrées" fin mars à Duékoué et les "exactions continuent", déclare François Danel, directeur général de l'ONG Action contre la faim. "Je confirme qu'il y a eu des massacres de centaines de personnes à Duékoué" entre le 27 et le 29 mars, a précisé M. Danel, après s'être rendu dimanche dans cette ville de l'ouest de la Côte d'Ivoire.

A lire :

--> Gbagbo poussé dans ses derniers retranchements

Commenter cet article