Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Conseil général :Des emprunts... ou un bilan toxique pour le Département et pour la gauche ?

22 Février 2011, 20:39pm

Publié par PCF Villepinte

Claude Bartolone - toujours en verve dès que des élections se profilent - a ressorti ses vieilles rengaines sur la gestion du département par ses prédécesseurs et leurs majorités de rassemblement de la gauche.

Oubliant que ses collègues socialistes avaient - sans exception - soutenu toutes les délibérations relatives aux emprunts départementaux durant les précédentes mandatures, cachant que nombre de villes dirigées par des Maires socialistes (dont plusieurs en Seine-Saint-Denis) avaient recouru aux emprunts structurés, masquant qu’il a - avec le PS - largement contribué à la privatisation des outils publics de financement des collectivités locales, le Président-Député-Secrétaire national s’est ainsi (re)lancé dans une campagne anti-communiste, en ressortant des fonds de tiroirs une campagne sur "les emprunts toxiques".

Bien d’autres cibles, dans l’actualité départementale, nationale et internationale, auraient mérité une telle verve !

  • Alors que la droite multiplie les attaques contre le monde du travail, contre les jeunes, contre les services publics, la protection sociale, et contre les collectivités territoriales,
  • alors que Claude Evin (ex-Ministre socialiste) tente de dépecer l’hôpital public,
  • alors que Dominique Strauss-Khan orchestre des plans d’austérité contre les peuples,
  • alors que les mouvements populaires tunisiens, égyptiens ou libyens bousculent les dictateurs de tous poils, longtemps cajolés par les pouvoirs successifs en France
  • alors que nombre de salariés menacés dans des entreprises de Seine-Saint-Denis attendent encore un simple témoignage de soutien du Conseil général,

Claude Bartolone a choisi son adversaire du moment : le PCF et le Front de Gauche, coupables, selon lui, de "naïveté" dans leur gestion ! (lire à ce sujet la note de Pierre Ivorra, qui rétablit quelques vérités sur la gestion de la dette en Seine-Saint-Denis... et ailleurs !)

La droite ne manque déjà pas de se frotter les mains devant cette opération de division de la gauche, processus déjà engagé avec l’accord électoraliste PS-Europe Ecologie par ailleurs très contesté dans les cantons.

Il faut dire que l’action de Claude Bartolone à la tête du Conseil général depuis 3 ans - après, rappelons-le, une expérience comme ministre de la Ville dont nos quartiers n’auront guère profité - aura provoqué nombre de déceptions et que celles-ci pourraient bien s’exprimer les 20 et 27 mars prochain dans les urnes de la part d’un électorat de gauche en attente de vraies réponses à leurs besoins.

PDF - 28.8 ko

note P. Ivorra sur l’endettement des Départements

 


21 février 2011

De l’assèchement des crédits consacrés aux collèges (ramené à 12 M€ en 2010, soit le niveau le plus bas jamais connu en Seine-Saint-Denis) à la suppression des aides au financement de la carte Imagin’R ou à l’acquisition d’ordinateurs pour les élèves entrant en 6ème, de l’explosion du tarif de la Carte Améthyste (passée de 15 à 40 €) à la quasi liquidation des crédits dédiés à l’écologie urbaine (en baisse de plus de 70 %), de l’incapacité à porter une parole forte parce que partagée dans le débat sur le réseau de transport du Grand Paris à une gestion très contestée du service public départemental, la liste est trop longue des décisions prises par la présidence du Conseil général contre l’intérêt des habitants de Seine-Saint-Denis.

Enseignants et parents d’élèves, jeunes, acteurs de la culture, travailleurs sociaux privés de moyens, retraités, salariés en lutte, agents du service public... ils sont nombreux ceux qui attendent de leur Conseil général qu’il redevienne un acteur fédérateur et innovant dans son action.

L’augmentation de 15 % des impôts départementaux et le recours aux très onéreux partenariats public-privé pour la réalisation des futurs collèges achèveront de convaincre les oreilles trop sensibles aux discours sur "la modernité" d’une gestion qui a mis le pied sur le frein dans le déploiement des politiques publiques parce que trop inspirée par les modèles libéraux.

La vérité, c’est que la Seine-Saint-Denis a surtout besoin de politiques bien ancrées à gauche. Plutôt que d’intrusion du privé dans la gestion de nos collèges, plutôt que de changements de logos (très coûteux), d’opérations médiatiques sans lendemains avec les "amis" de TF1 et de la BNP, plutôt que de discours stériles sur "l’entrée dans le 21ème siècle" qui se concrétisent pour de nombreuses familles par de sérieux reculs, les habitants de ce département ont besoin d’élus qui ne cèdent pas un pouce aux politiques de la droite, d’élus qui travaillent avec et pour la population qui vit, travaille et étudie en Seine-Saint-Denis.

Ce département a besoin d’une majorité de gauche déterminée à inventer autre chose que les recettes concoctées dans les couloirs du FMI ou de l’Union européenne, dans le consensus entre le PS et la droite. Ce département a besoin de construire des voies audacieuses, dans le dialogue avec tous !

A défaut d’assumer un bilan bien décevant pour l’électorat de gauche, avec des actes très en retrait par rapport aux multiples promesses d’hier (nous y reviendrons tant les citoyens veulent en finir avec les engagements non tenus !), Claude Bartolone tente - à quelques semaines d’un scrutin très indécis pour l’évolution du rapport des forces au sein de la gauche départementale - de détourner les aspirations populaires à une nouvelle majorité de gauche à la tête du Conseil général.

Les communistes et les forces du front de Gauche poursuivront quant à eux le dialogue avec la population pour construire les choix qui devront être ceux de la gauche au Conseil général après les élections cantonales. Une voie certes plus complexe que les petites manoeuvres électorales mais plus utile à la Seine-Saint-Denis et à ses habitants !

Commenter cet article