Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Chavanel peut-il prendre le haut du pavé ?

10 Avril 2011, 08:25am

Publié par PCF Villepinte

Sylvain Chavanel (à gauche), dans le Tour des Flandres, dimanche dernier

Sports - le 8 Avril 2011

Cyclisme

 
Éblouissant, mais deuxième au Tour de Flandres dimanche dernier, le Français Sylvain Chavanel peut sur Paris-Roubaix devenir le digne successeur d'un Gilbert Duclos-Lassalle ou d'un Frédéric Guesdon.

Sans doute pour la première fois de sa carrière, Sylvain Chavanel, le Français de la Quick Step dirigée par Patrick Lefevere, partira dimanche dans la peau de l'un des favoris de Paris-Roubaix à l'occasion de la 109 édition de la reine des classiques : « N'oublions jamais qu'il avait terminé huitième il y a deux ans », se souvient son ancien directeur sportif, Jean-René Bernaudeau, chez Bonjour puis Brioche la Boulangère. Dans la lancée d'un Tour des Flandres de haute volée, qu'il a terminé deuxième à moins d'une roue du Belge Nick Nuyens (Saxo Bank-Sungard), le Châtelleraudais fait en effet figure de successeur possible au dernier Tricolore, Frédéric Guesdon, vainqueur en 1997 de cette épreuve mythique. Mais le pour et le contre se pèsent dans cette possible succession.

  •  Des performances qui plaident en sa faveur

Ses performances dans les épreuves d'un jour depuis deux ou trois ans plaident largement en sa faveur : « Sur son talent pur, il peut toutes les gagner, souligne Jean-René Bernaudeau. Le Tour des Flandres, Paris-Roubaix, bien sûr, mais aussi Liège-Bastogne-Liège, la Flèche wallonne, aucune ne peut lui résister. »

Mais outre son talent que l'on soupçonne toujours incroyable depuis ses débuts professionnels, Éric Boyer, qui fut son manager chez Cofidis, pense « qu'il n'a jamais été dans une forme aussi étincelante. Il est au-dessus des autres cette année, et puis à trente et un ans, il a l'expérience maintenant qui parfois lui faisait défaut par le passé. Je pense aussi que Tom Boonen, s'il est honnête lui doit une revanche et doit faire travailler l'équipe pour Sylvain. Cela compenserait le manque de considération qu'il a eu envers lui dimanche dernier ».

L'enfer du Nord, épreuve pour gros rouleur, lui irait donc comme une mitaine : « Sur Paris-Roubaix, cela roule vite et longtemps. Ça, il l'a en lui. Maintenant sera-t-il aussi à l'aise psychologiquement sur ce parcours qui ne ressemble en rien, hormis les pavés, au Tour des Flandres ? »

  • Les éléments qui pourraient le déservir

Patrick Lefevere voudra-t-il sacrifier Tom Boonen au profit d'un Sylvain Chavanel ? « La tactique des Quick Step et de son directeur sportif Lefevere a-t-elle un jour était réellement claire à son sujet », s'interroge Jean-François Bernard ? Passé à l'offensive lors de l'édition 2009, le vainqueur d'Á travers les Flandres avait déjà subi l'attaque d'un coéquipier, Stijn Devolder, qui, venu de l'arrière de la course, s'était finalement imposé. »

Pour Jean-René Bernaudeau, le caractère affable de Sylvain fait qu'il n'osera pas imposer ses envies : « C'est un garçon gentil, qui ne fait pas de vagues dans un groupe. Dans les courses, c'est lui qui ouvre toujours les hostilités, mais pour les autres. Ça me fait parfois du mal de le voir dans cette situation. »

Et puis pour en finir, la concurrence sera énorme sur les pavés nordistes : « Il y a Cancellara qui veut une revanche, avance Éric Boyer. Mais aussi Björn Leukemans, Alessandro Ballan, Stijn Devolder, Philippe Gilbert et une équipe BMC très forte collectivement.Tout cela avec la malchance, crevaisons, chutes, peut jouer en sa défaveur. » Les impondérables avec lesquels il faut toujours compter, surtout dans les ornières du Nord.

Éric Serres

Commenter cet article