Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

"Chaque heure qui passe rend plus urgent un débat public national sur la politique énergétique" (Pierre Laurent)

17 Mars 2011, 19:21pm

Publié par PCF Villepinte

Au moment où une catastrophe nucléaire de grande ampleur se précise au Japon, je veux redire toute ma solidarité et le soutien des communistes français au peuple japonais. Cette situation doit être prise très au sérieux par les autorités françaises et d'importants moyens de secours et d'expertise doivent être mis au service des populations touchées par cette catastrophe.

Dans ce contexte, le PCF partage l'inquiétude des Françaises et des Français quant à leur propre sécurité et chaque heure qui passe rend plus urgent un débat public national sur la politique énergétique. Ce débat doit être sérieux et conséquent. La catastrophe au Japon ouvre en grand le débat sur le nucléaire et intervient alors même que le réchauffement climatique et la raréfaction des ressources fossiles nécessitent par ailleurs la sortie des énergies carbonées. C'est donc un débat d'ensemble qui doit avoir lieu et une mise à plat générale de nos choix énergétiques.

 

Je demande, au nom du PCF, l'organisation d'un grand débat public national qui contribue à fixer les conditions précises de la nécessaire évolution du mix énergétique pour garantir en France et à l'échelle mondiale le droit à l'énergie pour tous dans les décennies à venir. Le PCF souhaite d'ores et déjà contribuer à ce débat et organisera à son siège national une grande initiative le 29 mars prochain intitulée « Après la catastrophe nucléaire au Japon, quelle politique énergétique en France ? »

 

Pierre Laurent, Secrétaire national du PCF.

Commentaires 3

Transparence, Aide et débat

Transparence un besoin absolu: toutes les infos sur la table. Eviter ainsi démagogies et surenchères sur sortir ou non du nucléaire, course électoraliste des écologistes et populistes. Aidons le peuple japonais, primordial comme le fait le SP mais demander tests de centrales française aussi clé. Débat sur les enjeux, la maîtrise publique de la filière (plus que jamais d'actualité), invitez les experts reconnus, laissez de côté le leader populiste qui appel les communistes à changer d'avis! Réfléchir aux coûtes de conversion énergétique, de l'abandon du nucléaire et aux besoins énormes en énergie de l'humanité pour sortir de la misère des milliards d'être humains. Ici les démagogues n'ont pas de place. Ne laissons pas la les perroquets populistes créer un climat de "terreur" dont le capitalisme est le seul bénéficiaire.

Victor

Débat oui mais?

N'y il a-t-il pas une urgence humaine?apporter toute l'aide possible au peuple japonais qui manque de tout!
Nous aurons tout le temps de débattre,mais maintenant c'est d'abord l'urgence.
Et les nations environnantes,pas plus que l'ONU ne semblent préssées d'intervenir!
Ils leurs faut des sauveteurs,des vêtements,des vivres,de l'eau!
Au lieu de se c... dessus et de péter de trouille commençons par le commencement!

Jean Claude Goujat

Vers quel bouquet électrique en France?

Il s'agit bien de cela avec le titre « Après la catastrophe nucléaire au Japon, quelle politique énergétique en France ? » pour inviter au débat le 29 mars au siège du PCF. Il n'est pas question de discuter des alternatives au pétrole dans notre bouquet énergétique et de la mobilité. Le 29 mars pourrons-nous avoir les éléments nouveaux pour répondre? Non ! La situation au Japon n'a pas changé la donne en terme technique. Nous avons côté offre, les énergies primaires fossiles, les ENR hors hydraulique, l'hydraulique, le nucléaire et du côté demande les économies, l'efficacité énergétique, le rationnement (la sobriété par le signal-prix) et la sobriété qui ne se commande par la loi ou par l'argent mais qui peut faire l'objet de campagnes d'éducation sur le bon usage de l'énergie.
L'élément nouveau dans le débat, c'est l'émotion et le refus sans doute montant du risque électronucléaire. Bien sûr, il est possible de sortir du nucléaire avec la demande actuelle en construisant des gazoducs (ce que fait l'Allemagne dans la Baltique), l'Enr éolien en Allemagne est quasiment au taquet avec 8-10% de la consommation. Le gaz c'est mieux que le charbon en terme de pollution. Les Enr en France peuvent croître dans le bouquet mais en aucun cas se substituer soit au nucléaire soit aux énergies fossiles. Il reste alors hors efficacité énergétique ce que certains appellent par euphémisme la sobriété or pour être au niveau de la réduction exigée elle sera plutôt un rationnement « consenti » ou non.
Pour moi, vous l'aurez compris il faudra tirer des conséquences sur le dimensionnement et l'exploitation des réacteurs nucléaires en France. Il faudra trouver les formes pour associer la population dans le système d'évaluation et de contrôle de la sûreté nucléaire avec les experts (cela pourra être étendu à beaucoup d'autres domaines). Il faudra sans doute stopper la croissance externe d'EDF et réduire les dividendes des actionnaires pour faire les investissements jugés utiles : matériels, emploi qualifié et évolution de la sous-traitance dans le nucléaire. La rente nucléaire devra aller à la sûreté des installations.
Je serai de ce débat en ayant une pensée pour les victimes du tsunami où les vivants envient les morts et ont souvent un sentiment terrible de culpabilité. J'aurai une pensée pour ces travailleurs du nucléaire, à Fukushima, qui vont sans doute y laisser leurs vies en connaissance de causes.

km1883

Veuillez ouvrir un compte pour pouvoir contribuer :

Ouvrir un compte
 

Commenter cet article